Black Friday : la course à la consommation reprend malgré les pénuries

Actualités - Cette semaine, les Etats-Unis manifestent leur appétit de consommation avec le traditionnel Black Friday juste avant les fêtes de fin d'année. Quel impact la crise sanitaire va-t-elle avoir sur la main d'œuvre et sur les stocks ? La Chine s'en sort-elle mieux avec les soldes de novembre ?

Black Friday : la course à la consommation reprend malgré les pénuries

(Conception : Mathilde Hodouin – Réalisation : Amandine Victor)

Trois, deux, un… Partez ! Ce vendredi 26 novembre, c’est le Black Friday aux Etats-Unis. Il correspond au dernier vendredi du mois de novembre, au lendemain de la fête de Thanksgiving. Les Américains en profitent pour faire le pont et débuter leurs achats de Noël, avec de grosses promotions à la clé. Mais en 2021, la crise sanitaire se fait encore sentir : faibles niveaux de stocks à l’approche des fêtes de fin d’année, pénurie de main d’œuvre… Pour faire face, les détaillants américains étalent donc l’événement sur un mois. Par ailleurs, les réductions en ligne sont disponibles depuis septembre. Le signe du triomphe sans partage du e-commerce ?

Les stocks et la main d’œuvre

Cette année, la course à la consommation ressemble à une course d’obstacles. Dans un monde globalisé, les pénuries mondiales des chaînes d’approvisionnement rendent plus aléatoire l’arrivée des marchandises asiatiques dans les semaines qui précèdent Noël. Les commerçants américains ont essayé de contourner le problème grâce au e-commerce. Dès 2019, les ventes du commerce en ligne ont dépassé pour la première fois celles des commerces traditionnels le jour du Black Friday. Toutefois, l’exécution de commandes en ligne à livraison rapide risque de se heurter à la pénurie de main d’œuvre dans les entrepôts.

A quoi faut-il s’attendre ? L’impact économique devrait se faire sentir sur les marges des détaillants aux Etats-Unis, d’après une estimation du cabinet de conseil Publicis Sapient. « Nous constatons que ces équipes doublent leur temps de travail et que les salaires augmentent, mais cela va être douloureux », déclare Andy Halliwell, analyste principal de la vente au détail chez Publicis Sapient. Toutefois, « Le Black Friday surviendra cette semaine dans un contexte où les goulets d’étranglement qui ont paralysé la chaîne logistique continuent à se résorber », relève César Perez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.

Chine, le dragon se réveille-t-il ?

Pendant que les Américains poursuivent le marathon de la consommation, la Chine affiche déjà des chiffres records pour la « Fête des célibataires ». Cette grosse opérations de soldes, qui a lieu tous les ans début novembre, déclenche tous les ans une poussée de fièvre acheteuse dans l’Empire du Milieu. Le 11 novembre dernier, le géant chinois du e-commerce Alibaba a engrangé 74 milliards d’euros. Ce résultat représente une hausse de +8,5 % par rapport à 2020. Cette progression s’avère plus faible que les années précédentes. Il faut y voit l’impact des pénuries sus-mentionnée, mais aussi l’apparition de nouveaux obstacles règlementaires.

Depuis octobre 2020, la plateforme dans le collimateur de Pékin — après les critiques de son fondateur Jack Ma à l’égard du système bancaire chinois. Sa démarche lui avait valu une longue disparition médiatique. Par la suite, les autorités chinoises ont interrompu l’introduction en bourse (IPO) d’Ant Group, filiale financière du groupe et éditrice de l’application Alipay. Au terme de l’affaire, Alibaba a dû s’acquitter d’une amende de 2,3 milliards d’euros pour abus de position dominante. Malgré cette disgrâce, l’opération met en évidence la reprise économique chinoise. En dépit de la crise sanitaire, le dragon s’est réveillé avec un féroce appétit.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde