Femmes à la Une – épisode 18 : Caroline Jurado, la première newsletter d’éducation crypto de France

Actualités - Dans ce 18e épisode de « Femmes à la Une », l’émission co-présentée par Le Courrier Financier et Radio Patrimoine, nous recevons Caroline Jurado, fondatrice des Cryptos de Caro. Comment cette jeune entrepreneuse a-t-elle tracé son chemin jusqu'à l'univers très fermé — et très masculin — des cryptomonnaies ?

Le Courrier Financier fait entendre sa voix en podcast ! Une fois par mois, retrouvez « Femmes à la Une » , l’émission de radio co-présentée par Mathilde Hodouin, rédactrice en chef du Courrier Financier, et Fabrice Cousté, journaliste chez Radio Patrimoine.

Femmes dirigeantes d’entreprise, femmes d’influence ou femmes politiques… Dans chaque épisode, nous vous proposons un portrait inédit dans lequel nos invitées racontent leur parcours. Quels défis doivent-elles relever dans leur entreprise au quotidien ? Focus sur ces femmes qui font bouger les lignes, et dont on parle si peu.

Ce jeudi 19 mai, nous recevons Caroline Jurado, fondatrice et auteur des Cryptos de Caro. Depuis avril 2021, cette newsletter hebdomadaire vulgarise l’univers des cryptomonnaies. Comment notre invitée s’est-elle retrouvée plongée cet écosystème, entre la finance et la tech ? « Je ne me définis pas comme une experte des cryptos », proteste-elle avec un sourire timide. Pourtant, Les Cryptos de Caro comptent aujourd’hui plus de 40 000 abonnés avec un chiffre d’affaires (CA) prévisionnel de 300 000 euros en 2022. Mais Caroline Jurado n’a pas le tempérament d’une vedette en quête de notoriété : c’est une travailleuse, et une intuitive.

Chacun sa route, chacun son chemin

Certaines vocations naissent très tôt. Victor Hugo ne disait-il pas à 16 ans, « Je veux être Chateaubriand ou rien » ? Caroline Jurado, elle, se persuade très jeune qu’elle devra quitter sa région natale pour réussir. Notre invitée grandit à Montpellier (Hérault), une ville surnommée « la Surdouée » en raison du nombre de penseurs et de philosophes nés entre ses murs. Un heureux présage, mais elle ne le sait pas encore. « Je savais que je devais faire des études, mais je n’étais pas très sûre de ce que je ferai ensuite », nous confie-t-elle. En 2013, Caroline Jurado obtient son Master 2 en Management & Développement Responsable à l’université.

Presque aussitôt, elle monte à Paris où un oncle propose de l’héberger. Grâce à son diplôme, elle décroche un poste de Responsable projets diversité à l’ANDRH — l’Association Nationale des DRH. « J’organisais surtout des réunions », constate-elle avec dépit. « L’art naît de la contrainte et meurt de liberté », disait Michel Ange. Frustrée mais créative, la jeune femme conjure l’ennui en lançant sa première newsletter, Cocktail RH. Ce coup d’essai lui permettra de rassembler plus de 2 000 abonnés, et lui vaudra un prix de l’ANDRH… décerné, ironie de l’histoire, de manière anonyme. « Ils ne savaient pas que c’était moi qui l’écrivait ! »

La voix d’une serial entrepreneuse

Femmes à la Une – épisode 18 : Caroline Jurado, vulgariser les cryptomonnaies sur Tik Tok
Caroline Jurado sur le plateau de « Femmes à la Une »
Prise de vue : Priscillia Harimanana

En 2015, Caroline Jurado intègre l’association Arborus en tant que consultante sur les questions d’égalité professionnelle. « Nous aidions les entreprises à améliorer leurs pratiques, donc c’était gratifiant. Mais en même temps c’était difficile d’entendre le récit de toutes ces injustices », explique notre invitée. Les quotas de femmes en entreprise ? « Je ne vois même pas pourquoi c’est encore un débat en 2022 », rétorque-t-elle. Le sexisme dans le monde du travail, Caroline Jurado est bien placée pour en parler. « Je suis souvent traitée encore comme la petite nana qui n’a rien à faire là. Pourtant, les cryptos ce n’est pas si complexe que ça ! »

C’est pourtant dans cette atmosphère de travail qui lui semble si étriquée que lui viendra l’idée de sa première entreprise. En 2016, Caroline Jurado lance Linkky — une startup dédié au sondage instantané en entreprise. Au programme, levée de fonds et recrutement. La jeune entreprise réunira 10 salariés, avant d’être vendue à Zestmeup en 2019. « Il faut garder une chose à l’esprit quand vous restez dans l’entreprise après l’avoir vendue : c’est que votre périmètre d’action se rétrécit énormément », dit-elle. Redevenue salariée, au poste de Directrice commerciale, l’oiseau trouve sa cage trop étroite. Elle s’envole de nouveau en octobre 2020.

Vulgariser les cryptos sur TikTok

En février 2021, Caroline Jurado revient aux affaires en lançant Closing Bab ! — une jeune pousse qui vise à enseigner la vente aux startups. L’occasion pour elle de s’appuyer de nouveau sur l’incubateur Willa, qui promeut l’entreprenariat au féminin. « Pour moi qui n’avait pas de réseau en arrivant à Paris, ça a été très important de côtoyer des femmes entrepreneures », relève Caroline Jurado. Et c’est au gré de ses échanges avec ses coworkers, qu’elle en vient à s’intéresser aux cryptomonnaies. « Un peu par hasard au début », reconnaît notre invitée. Elle veut apprendre, mais ne trouve pas le contenu didactique qu’elle cherche sur internet.

« Je trouve que beaucoup de spécialistes du secteur prennent la parole, mais en gardant un discours hermétique », s’agace Caroline Jurado. Fermez-lui la porte, elle entrera par la fenêtre ! Cette fan de vélo en salle se lance dans une nouvelle course. Pour Les cryptos de Caro, Caroline Jurado choisit de s’adresser à son audience sur le réseau social TikTok — une application mobile de partage de vidéo courtes, très appréciée des plus jeunes utilisateurs. « Je ne pensais pas recevoir autant de questions par ce biais en parlant de cryptomonnaies », s’étonne encore Caroline. Aux âmes bien nées, le succès n’attend point le nombre des années

ECOUTER LE PODCAST

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde