Hausse de l’inflation : vers la fin d’un cycle de « stagnation séculaire » ?

Gérard Moulin
Après la grande crise financière de 2008, un des thèmes favoris des marchés était celui de la stagnation séculaire : un rythme de croissance économique structurellement plus lent, plafonnant à 2% et une inflation inexistante. Force est de constater que ce nouveau scenario est mis à mal par la réalité : les derniers indicateurs de conjoncture montrent que nous sommes revenus dans un cycle normal.
Lire (3 min.)

Climat économique français : pas de réels nuages en vue

Philippe Crevel
Même si les indicateurs relatifs au climat des affaires et à la confiance des consommateurs sont en léger repli, leur niveau reste élevé. Les baisses de janvier après un très bon mois de décembre ne semblent pas révéler un changement de tendance.
Lire (3 min.)

Les Français et les connaissances économiques

Le Courrier Financier vous propose une nouvelle infographie pour faire le point sur les connaissances économiques des Français.
Voir

États-Unis : premiers impacts de l’ouragan Harvey sur les données

Matthieu Grouès
Le 26 août a vu l’ouragan Harvey atteindre le Texas dans la région de Houston. Selon les estimations, cet ouragan devrait être le deuxième par l’ampleur des dégâts derrière Katrina en 2005 et devant Sandy en 2012 avec un coût total autour de 100 Mds USD. La métropole de Houston représente un peu moins de 3% du PIB des Etats-Unis, ce qui est beaucoup plus que la Nouvelle-Orléans (Katrina) mais trois fois moins que la région de New-York qui avait été dévastée par Sandy. Les inscriptions hebdomadaires au chômage sont les premiers indicateurs à montrer l’impact de ces tempêtes sur l’activité économique. Celui-ci semble en ligne avec les deux précédents. L’ouragan Irma qui a touché la Floride devrait également avoir un impact.
Lire (1 min.)

La Financière de la Cité renforce son pôle gestion

Timothée Pubellier La Financière de la Cité

Timothée Pubellier est diplômé de l’ESCP Europe avec un Master en finance de marché et de l’Illinois Institute of Technology. Il possède également un Master en Electricité et Informatique de l’ESME, ainsi que le certificat du CFA.

Après avoir travaillé en Grande-Bretagne pour Kames Capital (Aegon AM) en tant que gérant obligataire (fonds de performance absolue), gérant de hedge fund chez UBP et membre de l’équipe de trading de Volatilité du hedge fund Nexar Capital, il a rejoint La Financière de la Cité en qualité de gérant obligataire.

Christophe Bonnevie La Financière de la Cité

Christophe Bonnevie a étudié les mathématiques appliquées à Panthéon-Sorbonne, est diplômé du Master 272 en Ingénierie économique et financière à l’Université Paris-Dauphine et a passé le niveau III du CFA.

Après avoir travaillé pendant plus de trois ans en tant qu’analyste financier à France Brevets, il occupe maintenant le poste d'analyste au sein de La Financière de la Cité.

Lire (1 min.)

Primonial propose une gamme complète de modes de gestion dans ses contrats d’assurance-vie

La gestion libre permet au client de choisir ses supports d’investissement sur les recommandations de son conseiller, alors qu’avec le mandat d’arbitrage (ou gestion pilotée), la gestion d’une partie -ou de la totalité- de ses supports d’investissement est confiée à une société de gestion.

Les contrats Sérénipierre Vie et Capi, conçus et gérés en partenariat avec Suravenir, ont ainsi récemment évolué en bi-compartiment, pour les nouvelles souscriptions comme pour les contrats existants, offrant la possibilité de choisir entre gestion libre et mandat d’arbitrage (gestion pilotée) ou les deux au sein du même contrat. Cette évolution bénéficie donc à l’ensemble des adhérents.

Investi à 100% en UC, exclusivement en fonds La Financière de l’Echiquier (LFDE), partenaire stratégique de Primonial, ce mandat se décline en 2 profils : Perspectives 50 - 100% UC, dont 50% maximum en actions et Perspectives 75 - 100% UC, dont 75% maximum en actions.

La gestion sous mandat est, quant à elle, accessible pour les contrats d’assurance-vie Luxembourgeois, tel que Target + Lux. Ici, la société de gestion, LFDE en l’espèce, exécute une stratégie d’investissement personnalisée selon les objectifs, profils et horizons de placement du client.

Lire (1 min.)

La croissance française a accéléré fin 2016

L’ensemble des indicateurs sont à nouveau positifs, tant du côté de la consommation des ménages que de l’investissement des entreprises et du marché immobilier. Ce dernier, porté notamment par l’impact des mesures prises par le Gouvernement pour favoriser l’investissement locatif ou l’accession à la propriété, contribue de nouveau à la croissance après avoir constitué un frein important à l’activité au début du quinquennat.

L’année 2016 aura ainsi confirmé la reprise amorcée en 2015, laquelle est désormais bien ancrée après trois années de croissance anémique. Pour la deuxième année consécutive, l’activité économique aura été dynamique, permettant enfin de faire reculer le chômage tout en continuant à réduire son déficit public.

En dépit des risques politiques mondiaux, l’année 2017 s’ouvre sur de très bonnes conditions économiques.

Plusieurs indicateurs conjoncturels atteignent des niveaux historiquement élevés. Ainsi, le moral des chefs d’entreprise, déjà stable et à un bon niveau depuis plusieurs mois, s’est fortement amélioré en novembre et décembre, atteignant son plus haut depuis 2011 et laissant présager une production dynamique début 2017. De même, la confiance des ménages progresse continûment, traduisant l’amélioration de leur niveau de vie et de la situation du marché du travail : elle atteint un niveau qu’elle n’avait plus connu depuis 2007. Dans ce contexte, le rythme de progression de l’activité au 4ème trimestre 2016 devrait se maintenir, voire s’accélérer début 2017.

Bercy anticipe que le dynamisme global de notre économie, accompagné par la montée en puissance des mesures prises par le gouvernement pour soutenir les créations d’emploi, devrait entretenir l’amélioration du marché du travail et permettre de poursuivre la baisse continue du taux de chômage. Depuis l’été 2015, la situation s’est traduite par une reprise des créations d’emplois dans le secteur privé (240 000 emplois créés en un an et demi) ainsi que par une baisse du nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en 2016. Les évolutions récentes de l’activité, le renforcement de certains dispositifs publics, notamment avec le CICE qui passe en 2017 de 6 % à 7 % de la masse salariale, devraient encore accentuer cette bonne dynamique.

 
Lire (2 min.)