Croissance mondiale : une hirondelle ne fait pas le printemps

Igor de Maack
Une hirondelle ne fait pas le printemps mais le retour de ce petit volatil migrateur de son hivernage en Afrique a ravi les investisseurs en ce début du mois d’avril.
Lire (1 min.)

PEA : BFT IM lance BFT France Futur Flexible

BFT France Futur Flexible s’adresse aux investisseurs qui souhaitent une solution d’investissement permettant de piloter, en fonction des conditions de marché, l’exposition aux marchés des actions françaises entre 0% et 30%, dans le cadre du PEA. L’objectif de gestion du fonds consiste, sur un horizon de placement de 3 ans, à rechercher une performance annuelle supérieure de 3,5% à celle de l’indice Eonia capitalisé après prise en compte des frais courants « La stratégie de BFT France Futur Flexible consiste à s’adapter aux conditions de marché en pilotant l’exposition actions tout en bénéficiant sur le moyen terme de l’appréciation boursière des titres sélectionnés au sein de sa SICAV maître BFT France Futur » déclare Zakaria Darouich, gérant de BFT France Futur Flexible. BFT France Futur Flexible est nourricier de la SICAV maître BFT France Futur. Il bénéficie ainsi de la sélection de valeurs de la SICAV BFT France Futur. Cette dernière vise à sélectionner les sociétés françaises qui présentent un potentiel de croissance, tout en accordant une importance particulière à leur valorisation boursière. Par son investissement dans l’OPC maître, le fonds BFT France Futur Flexible bénéficie d’une exposition aux petites et moyennes capitalisations. Cette exposition peut être modifiée à la hausse comme à la baisse à travers l’utilisation d’instruments dérivés. BFT France Futur a pour objectif, sur un horizon de placement de 5 ans, de réaliser une performance supérieure à l’indice CAC Mid & Small (dividendes réinvestis), après prise en compte des frais courants.
Lire (1 min.)

L’expansion du marché chinois interroge

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Un nouveau projet pilote pourrait donner aux investisseurs un meilleur accès au vaste marché des actions chinoises. Le projet pourrait néanmoins également affecter la performance des actions cotées à Hong Kong,
Lire (6 min.)

Elon Musk, l’homme qui ne faisait pas rire les marchés

Elon Musk ne fait rien comme tout le monde. Si le charismatique entrepreneur californien est parvenu à attirer des capitaux colossaux dans une entreprise qui n'a, depuis sa création en 2003, généré aucun bénéfice, il pourrait bien regretter son dernier fait de gloire. Apparemment conforté par ses annonces à venir, dimanche dernier, le fantasque patron s'est fendu d'une blague sur son compte Twitter, annonçant la faillite de son entreprise. Les marchés n'ont pas apprécié : dès le lendemain, l'action du constructeur abandonnait 7,7%, et la valeur boursière de Tesla perdait 2,5 milliards de dollars. Rappelons qu'en mars, le cours avait déjà dévissé de 20% et la valorisation d'une dizaine de milliards. Si on peut rire de tout, on ne peut manifestement pas rire de tout avec les financiers...
Lire (<1 min.)

Les placements sur FirmFunding désormais accessibles dès 10 000 euros

Ainsi, FirmFunding s'ouvre aux investisseurs non professionnels qui peuvent également souscrire aux emprunts obligataires à partir de 10 000 € dans le cadre de cercles restreints (moins de 150 investisseurs). La place de marché compte actuellement plus de 15 millions d'euros d'emprunts obligataires en cours de souscription, émis par des entreprises dans le secteur du luxe (4M€), de l'énergie verte (5M€), des services aux entreprises (2M€) et de l'activité de foncière (3M€).
 
Lire (<1 min.)

Banque Populaire et Bpifrance signent un partenariat autour de l’innovation

Banque Populaire et Bpifrance vont renforcer leur collaboration pour le financement et l’accompagnement des entreprises innovantes, lors d’opérations conjointes au niveau régional et via la promotion des dispositifs d’accompagnement dans les phases clés de la vie de ces entreprises (création et développement). Les deux banques vont analyser la complémentarité de leurs gammes de financement et mettre en place de nouveaux outils sur le thème de l’innovation.
   
Lire (<1 min.)

Momentum - Changement de régime

Après plusieurs années de forte corrélation entre les différentes classes d'actifs, la baisse récente sur les marchés financiers nous ramène à des configurations plus traditionnelles : vente des actifs risqués et achat des obligations souveraines. La correction peut-elle se transformer en krach ? Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<4 min.)

Après la tempête, le calme

L'équipe de gestion d'Aviva Investors
Après un début d’année en trombe, les indices actions ont vécu un mois de février tourmenté. En tout début de mois, l’annonce d’une hausse marquée du salaire horaire moyen aux Etats-Unis en janvier et les commentaires des banquiers centraux sur l’accélération de la croissance ont entraîné une correction des Bourses mondiales.
Lire (5 min.)

Marchés actions : pourquoi ça baisse ?

Marc Renaud
Malgré une légère chute en février, tout semble indiquer que les marchés resteront bien valorisés en 2018.
Lire (1 min.)

Inflation, le double tranchant

John Bilton
Si janvier 2018 a semblé être, pour le moins, la continuation de 2017, la tonalité qui s’est imposée sur les marchés depuis février ne pouvait être plus différente.
Lire (3 min.)

SOFIDY nomme un nouveau directeur de cabinet

Basé à Evry, siège social historique de la société, il est rattaché directement à Jean-Marc Peter, Directeur Général de SOFIDY. Il travaillera au sein de l’équipe de Direction aux projets de développement de la société. Bastien Marguerite, (27 ans), a commencé sa carrière en 2012 en tant que chargé de mission dans le cabinet de Frédéric Cuvillier, alors ministre délégué aux transports, à la mer et à la pêche. Il occupe ce poste jusqu’en 2014, moment où Frédéric Cuvillier retrouve ses fonctions de député et est nommé Président du CNER (Fédération des agences locales de développement économique). Il devient alors son collaborateur parlementaire jusqu’en 2017 et exerce en parallèle une activité de juriste en droit public au sein du cabinet Mialot Avocats durant l’année 2016. Diplômé de SciencesPo Paris, Bastien Marguerite est titulaire d’un Master en Affaires Publiques et d’un Master en Droit Economique, et a suivi une formation à la profession d’avocat à l’Ecole de Formation des Barreaux du ressort de la Cour d’Appel de Paris (EFB).
Lire (1 min.)

Natixis Wealth Management cède Sélection 1818 à Nortia

Cette opération serait accompagnée de la signature d'un partenariat pour la distribution en architecture ouverte d'OPC affiliés à Natixis Investment Managers. Sélection 1818 compte 6,3 milliards d’euros d’encours, investis en supports d’assurance vie et en comptes titres par plus de 35 000 clients. Pour accompagner les travaux de cession, Natixis Wealth Management s'est appuyé sur le conseil financier d'EY.
Lire (<1 min.)

Deutsche AM étend sa gamme d’ETF obligataires Xtrackers

L'ETF, dont la cotation est assurée à la Bourse de Londres depuis ce matin et à la Deutsche Börse depuis vendredi dernier (9 février 2018), réplique l’indice Bloomberg Barclays High Yield Very Liquid Bond Index. L'indice de référence se compose d'environ 640 obligations de catégorie spéculative.

L’ETF affiche des frais de gestion totaux de 0,35% par an et passe par un système de réplication physique directe.

Blanca Koenig, stratégiste ETF obligataires chez Deutsche AM, déclare : « Les investisseurs continuent de chercher des placements en obligations à haut rendement tout en étant attentifs à leur exposition aux variations de taux d'intérêt. Ce nouvel ETF high-yield en dollars, avec un rendement d'environ 6% par an et une duration moyenne relativement faible de 4,1 ans, élargit la boîte à outils à disposition des investisseurs pour faire face aux défis actuels des marchés. Ce produit est complémentaire à l’ETF euro high-yield de la gamme Xtrackers ainsi qu’aux ETF libellés en dollars offrant une exposition aux obligations du Trésor américain, aux obligations de sociétés « investment grade » et aux obligations des marchés émergents ».

Deutsche AM dispose d'une gamme étendue de plus de 50 ETF répliquant la performance des marchés obligataires, ainsi que des classes de parts couvertes contre le risque de change. Environ deux tiers de la gamme utilise la réplication physique directe.

Lire (1 min.)

2018 : Krach ou pas krach ?

Après le beau temps, la tempête ? Si 2017 s'est révélée une année très florissante sur les marchés, 2018 s'engage sous un ciel plus nuageux. Le rebond des taux longs américains et la normalisation des politiques monétaires affolent les investisseurs : les bourses mondiales jouent au yo-yo, les indices vedettes font des chutes vertigineuses, les actions s'envolent et le VIX (l'indice de la peur, qui mesure la volatilité boursière) frémit... il n'en fallait pas plus pour que, cette semaine, certains diseurs de bonne aventure de la finance prédisent avec certitude le krach du siècle. Alors, krach ou pas krach ?
Lire (<1 min.)