Encadrement des rémunérations des CGP & Intermédiaires Immobiliers : réaction de l’Anacofi

La Rédaction
L’ANACOFI avait pris connaissance de l’amendement proposé par Monsieur de Montgolfier, Sénateur membre de la Commission des Finances, qui visait à limiter par décret les frais d’intermédiation de biens immobiliers, communément définis comme « défiscalisants ».
Lire (3 min.)

Une nouvelle époque fiscale pour les épargnants

Philippe Crevel
L’augmentation de la CSG La nouvelle année rime avec d’importants changements. La CSG augmente de 1,7 points sauf en ce qui concerne le taux réduit dont bénéficient certains retraités. La contribution sociale généralisée recouvre quatre prélèvements : La CSG sur les revenus d’activité ; La CSG sur les revenus de remplacement ; La CSG sur […]
Lire (7 min.)

Les Français et l’épargne digitale

Si le rapport des Français à l'épargne évolue peu, la digitalisation de cette dernière est inéluctable. Mais les Français sont-ils prêts pour l'épargne digitale ? Quels avantages présente-t-elle ? Peut-elle s'exempter de l'accompagnement d'un conseiller ? Le Courrier Financier vous propose une nouvelle infographie informative sur cette thématique.
Voir

L’Europe à l’heure japonaise ?

Philippe Crevel
Vieillissement de la population, excédents commerciaux, niveau élevé de l’épargne, taux d’intérêt faibles, etc., plusieurs signes pourraient laisser penser que la zone euro suit avec deux décennies de retard le chemin emprunté par le Japon. Néanmoins, des différences entre les deux zones économiques existent notamment sur la question de la dette publique et du retraitement de l’excès d’épargne.
Lire (4 min.)

Une nouvelle Directrice Générale Associée chez mes-placements.fr

Éric Girault, Président fondateur de mes-placements.fr, continue de renforcer ses équipes. Il est rejoint en ce début d'année par Marie-Anne Jacquier, avec pour ambition commune de renforcer la structuration et d'accélérer le développement de mes-placements.fr. Leur objectif est d'en faire le leader indépendant de l'épargne en ligne, dans un marché en pleine mutation.

Monsieur Éric Girault et Madame Marie-Anne Jacquier en situation

Marie-Anne Jacquier est diplômée de l'Ecole de Management de Lyon (EM Lyon) et du DU de Gestion de Patrimoine de l'AUREP à Clermont Ferrand. Elle œuvre sur le marché de la gestion de patrimoine depuis 2001. Elle a contribué au développement de FIP Patrimoine en tant que Directeur Associé jusqu'en 2009, date à laquelle elle a rejoint le Groupe April.

Elle a assuré ensuite pendant 9 ans la Direction Générale d'April Patrimoine, devenu depuis UAF Life Patrimoine ; elle a œuvré à la structuration et à la croissance de la plateforme du Crédit Agricole Assurances dédiée aux CGPI, en lui faisant notamment franchir le seuil des 3 milliards d'euros d'encours.

Lire (1 min.)

Evolution de la Gouvernance de l’APECI

La singularité et la richesse de cette association sont de regrouper des membres à l’esprit entrepreneurial qui couvrent l’ensemble de la chaine de distribution et de production de produits d’épargne et d’investissement, sur l’ensemble des classes d’actifs.

Composée de dirigeants de réseaux, de plateformes de distribution, de compagnies d’assurance et d’assets managers (Financiers et Immobiliers), son objectif est de réfléchir à l’évolution des métiers de l’investissement au sens large, tant en termes de distribution, de conception des solutions, que de gestion des évolutions réglementaires.

L’APECI se compose de 47 membres dont 43 dirigeants de société en exercice et 4 membres d’honneur.

Lors de la session du 23 novembre dernier, le conseil d’administration de l’APECI a élu Stéphane VIDAL, Président du groupe Primonial, à la tête de l’association pour une durée de 3 ans.

Le conseil d’administration nouvellement élu, pour représenter les membres et guider les travaux de l’association, est composé de :

- Meyer Azogui, Président de Cyrus Conseil,

- Daniel Collignon, Directeur Général de Spirica

- Antoine Delon, Président de Linxea

- Bernard Le Bras, Président du Directoire de Suravenir

- Bruno Narchal, Président de Crystal Finance

- Thierry Sévoumians, Directeur Général de La Française AM

- Karine Szenberg, Directrice Générale de Schroders

- Stéphane Vidal, Président de Primonial

- Paul Younès, Directeur Général de l’Union Financière de France

Lire (2 min.)

Aux Etats-Unis, seuls les plus riches ont été sages cette année

Après trois décennies d'immobilisme, la fiscalité américaine va enfin évoluer. La Chambre des représentants et le Sénat ont adopté cette semaine le projet de réforme fiscale et de baisse des impôts promis par Donald Trump durant sa campagne. Si le texte n'a été ratifié par aucun démocrate, c'est parce qu'ils estiment que cette réforme s'apparente à « un vol pur et simple de la classe moyenne ». Dans les faits, les 1 450 milliards de dollars de baisses d’impôts sur dix ans vont concerner majoritairement les entreprises, les professions libérales et les 1% d'Américains les plus aisés. Seuls les riches auraient donc droit à un cadeau de noël cette année ?
Lire (<1 min.)

Eric Pinon & Silvestre Tandeau de Marsac : "La réglementation doit être un argument commercial"

MiFID II, Priips, DDA... 2018 sera sans conteste marquée par les évolutions réglementaires. À l'occasion du Grand Débat de l'Anacofi, le 12 décembre dernier au Cercle de l'Union Interalliée, acteurs du secteur financier et régulateurs étaient réunis autour de ces problématiques. Eric Pinon, Président de l'AFG, et Silvestre Tandeau de Marsac, Avocat Associé au sein du Cabinet Fischer, Tandeau de Marsac, Sur & Associés, nous livrent leurs inquiétudes et sentiments sur la mise en place de ces nouveaux textes.
Voir (<5 min.)

Protection des données personnelles : les entreprises doivent se préparer !

Romain Maillard
Le règlement européen sur la protection des données (RGDP) entrera en vigueur le 25 mai 2018. Ce texte va entraîner une évolution substantielle de la réglementation nationale jusque-là applicable. Reste donc aux entreprises à mettre à profit l’année qui vient pour faire évoluer leurs pratiques afin de les rendre conformes aux nouvelles exigences européennes. Un chantier plus complexe qu’il n’y paraît…
Lire (3 min.)

Rendement à long terme : il n’y a pas de lois fondamentales

François Jubin
Les lois du marché sont impénétrables. Pourtant chacun, dans la communauté financière et au-delà les épargnants appuyés par leur conseil, cherchent à appréhender le couple rendement risque des actifs financiers mis à notre disposition.
Lire (2 min.)

Achats de Bitcoins : l’AMF et l’ACPR mettent en garde les épargnants

Le Bitcoin est l’un des actifs spéculatifs, parfois qualifiés à tort de « monnaies » virtuelles ou «crypto-monnaies », qui existent actuellement dans le monde. Il s’échange en ligne et n’est matérialisé par aucune pièce ou billet.

Le Bitcoin, comme les autres actifs de ce type, repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, communément appelé la « Blockchain ». Son fonctionnement s’appuie sur un réseau sans intermédiaire et il ne bénéficie pas d’un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales.

Depuis plusieurs semaines, le Bitcoin a vu sa valorisation croître brutalement. Cette valorisation peut aussi bien s’effondrer de la même manière. L’achat/vente et l’investissement en Bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé. Les investisseurs s’exposent par conséquent à des risques de perte très élevés en cas de correction à la baisse et ne bénéficient d’aucune garantie ni protection du capital investi.

L’AMF et l’ACPR sont de plus en plus sollicitées à travers leurs centres d’appels par des épargnants à ce sujet.

Parce qu’ils ne sont pas considérés en l’état actuel du droit comme des instruments financiers, le Bitcoin et les autres « crypto » actifs n’entrent pas dans le périmètre de supervision directe de l’AMF. Ils ne peuvent pas non plus être qualifiés de monnaies ni être considérés comme des moyens de paiement au sens juridique du terme. Par conséquent, ils ne sont donc pas non plus assujettis au cadre réglementaire relatif aux moyens de paiement.

De façon plus générale, les deux autorités tiennent à préciser que l’environnement technologique Blockchain est susceptible d’offrir de nombreuses possibilités en termes d’usages par les entreprises. Ces technologies participent donc, comme d’autres, au développement de l’innovation.

Néanmoins, au cas particulier des « crypto » actifs reposant sur la blockchain, et compte tenu de leurs caractéristiques techniques, de leur forte volatilité et en l’absence de réglementation spécifique, l’AMF et l’ACPR recommandent aux épargnants la plus grande vigilance avant d’envisager d’y investir une partie de leur épargne.

Lire (2 min.)

André-Paul Bahuon est réélu Président de la CCEF

André-Paul Bahuon est également fondateur du cabinet d’expertise comptable Créatis Groupe et du groupement de cabinets Différence. Il préside par ailleurs le Comité des groupements de cabinets indépendants (CGCI).

Le nouveau bureau est composé de

Président et président délégué :
  • André-Paul Bahuon, expert-comptable, commissaire aux comptes
  • Stéphane Bonifassi, avocat
Vice-présidents :
  • Michaël Fontaine, expert-comptable, commissaire aux comptes
  • Eric Guiard, notaire
  • Jean-François Magat, expert-comptable, commissaire aux comptes
  • Silvestre Tandeau de Marsac, avocat
Trésorier :
  • Raymond Dijols, expert comptable, commissaire aux comptes
Secrétaire :
  • Joëlle Lasry, expert financier
Assesseur :
  • Evelyne du Coudray, conseil en gestion de patrimoine immobilier, présidente de la commission « Patrimoine immobilier du dirigeant » de la CCEF
Collège des évaluateurs :
  • Maud Bodin-Veraldi, membre du collège des évaluateurs certifiés CCEF et spécialiste de l’évaluation des incorporels

 
Lire (1 min.)

Luc Maruenda, David Charlet, Stéphane Fantuz : Quels leviers pour le non-coté en 2018 ?

Avec la suppression de l'ISF PME, les acteurs du Private Equity sont fragilisés. Ce dispositif collectait pas moins de 500 millions d'euros par an au bénéfice des PME. Comment compenser ce manque à gagner ? Si les pistes existent (unités de compte, IR déplafonné, FCPI, FIP...), les freins sont tout aussi nombreux. 

Luc Maruenda, membre de l'AFIC (l'Association Française des Investisseurs pour la Croissance) et partner chez Idinvest Partners, David Charlet, Président de l'Anacofi, et Stéphane Fantuz, Président de la CNCIF, livrent leurs sentiments quant à l'avenir du non coté. 
Voir (<3 min.)