DNCA FINANCE

DNCA Finance est une société de gestion créée par des spécialistes d’une gestion fondamentale, active et patrimoniale et propose une gamme de fonds simple, lisible et performante.

Politique d’Investissement de DNCA Finance

La politique d’investissement est le résultat avant tout d’une analyse macro-économique et de la valorisation des sociétés. Les gérants sélectionnent des valeurs par rapport à leurs qualités fondamentales. Ils recherchent en permanence les meilleures opportunités pour optimiser le couple rendement/risque des fonds.

En complément des fonds ouverts, DNCA Finance propose une offre de gestion sous mandat.

Ces solutions d’investissement sont disponibles au sein d’enveloppes fiscales adaptées aux situations de chacun : contrats d’assurance-vie et de capitalisation de droits français ou luxembourgeois, fonds interne dédié ou collectif, comptes titres, PEA, PEA PME…

La gestion des mandats se fait soit en fonds DNCA Finance ou en architecture ouverte.

Nous partageons tous une même ambition : développer des produits adaptés et gérés avec une approche associant anticipation et pragmatisme.

Notre expertise, la rigueur et le sens des responsabilités ont ainsi permis à DNCA de s’imposer parmiles acteurs de référence du marché de la gestion actions européennes.

Une gestion humaine et engagée

La dimension humaine de notre métier est essentielle. Nous la considérons comme l’atout indispensable d’une collaboration réussie entre toutes les forces vives de l’entreprise. Elle est également indispensable dans les relations avec nos clients et nos partenaires.

Nous proposons au service de nos clients un savoir-faire de haut niveau grâce à la séniorité, la complémentarité et les compétences de nos équipes.

Les dernières infos de DNCA FINANCE

Dans l'oeil du cyclone

Texte achevé de rédiger le 14 septembre 2018 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion.

IGOR de MAACK - DNCA FINANCE

Après avoir subi l’ouragan Donald et sa harangue tempétueuse sur les mesures protectionnistes, les investisseurs ont repris espoir dans l’attente de nouvelles négociations annoncées. Les marchés se sont donc stabilisés et sont repartis de l’avant dans le sillage de nouvelles politiques plutôt rassurantes sur la présentation du budget italien. Si les vents violents des dernières corrections de marché ont échaudé les investisseurs, il faut reconnaître que le chemin de croissance positive des bénéfices (entre 10 et 20% selon les continents) pour l’année en cours n’a pas été modifié. Les entreprises rencontrées expriment parfois leur inquiétude sur la guerre commerciale mais ont globalement des perspectives positives. Le taux de change euro/dollar se stabilise. Le MSCI Asia est remonté après un point bas sur les deux dernières années.

Que le monde soit inquiet des disputes mercantiles entre les deux géants américain et chinois, c’est une certitude. Que le monde soit perturbé par les candidats récurrents aux turbulences (pays émergents comme le Brésil, l’Argentine et la Turquie), c’est aussi assez logique. Que le monde soit déçu par une Europe qui avance en crabe, ce n’est pas nouveau. En quelque sorte, les risques macro- et géo-économiques sont désormais bien connus. La question demeure sur la valorisation de ceux-ci. L’apparition de nouveaux points de fragilité (Brexit dur et catastrophe économique et politique en Grande-Bretagne) n’est pas non plus improbable.

Ce moment actuel d’accalmie pourrait s’avérer une simple pause des marchés dans l’œil du cyclone. En effet, la semaine écoulée a encore vu un record de flux sortants sur les actions toute géographie confondue (-5,6 md$) avec de nouveau une Europe qui fait fuir les investisseurs (-1,4 md$). Il semble toutefois que certains points bas aient été atteints sur les marchés actions européens et sur certains compartiments de marché.


"Et pour quelques 1000 milliards de dollars de plus"

Texte achevé de rédiger le 7 septembre 2018 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion

IGOR de MAACK - DNCA FINANCE

Avec la hausse du prix du pétrole, l’inflation est de retour. Phénomène assez nocif pour les coûts de production des entreprises et les industries de transformation, elle est désormais accompagnée de pressions inflationnistes sur le coût du travail. Après les Etats-Unis, c’est l’Europe qui montre désormais dans les dernières statistiques les signes d’une tension salariale (+2,2%) tout comme au Japon (+3,6%). Avec les pénuries de main d’œuvre en quantité ou en qualité, il est probable que ces tensions persistent. C’est une bonne nouvelle pour les salariés mais il faudra que les entreprises puissent les répercuter dans les prix.

L’inflation se voit aussi dans les multiples et dans la capitalisation boursière américaine. Après Apple c’est Amazon qui rejoint le club des 1000 milliards de dollars. Portés par des rachats d’actions record (supérieurs en montant au programme quantitatif de la BCE), les actions américaines continuent d’afficher une santé insolente et un écart béant avec la performance des actions européennes. Premier signe d’espoir, on enregistre pour la première fois une semaine de collecte positive (300 M$) sur ces dernières après vingt cinq semaines de décollecte continue.

Si l’Europe inquiète toujours, c’est aussi parce que l’Italie doit présenter un budget à ses partenaires européens. La montée en puissance dans l’échiquier politique italien de Salvini passe sûrement par un accord sur un déficit plus important mais sous contrôle (en dessous de 2,5%). Déjà, les taux d’intérêt sur le dix ans italien ont reflué. La prime de risque n’a pas totalement disparu mais les perspectives d’une prise du pouvoir de la Lega avec ses alliés modérés de droite après un échec de la coalition actuelle ne sont plus si lointaines et probablement plus acceptables par les marchés que l’alliance des contraires que l’Italie doit subir aujourd’hui.


Endless summer…

Texte achevé de rédiger le 31 août 2018 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion

IGOR de MAACK - DNCA FINANCE

A la manière du surfeur de l’extrême Laird Hamilton, les investisseurs sont entrain d’affronter d’immenses vagues de panique sur certains marchés de taux et du crédit. Après être récemment sortis de la faillite collective, les Argentins sont de nouveau confrontés à une situation délicate. La Banque Centrale vient de porter son taux d’intérêt directeur à 60%….La Turquie n’en finit de voir sa monnaie baisser (-30% depuis le début du mois d’août). En Europe, les investisseurs commencent à aller tester le niveau des 3,2% sur l’obligation souveraine italienne à dix ans. Enfin, sur le marché du crédit, la holding de tête du groupe Casino (Rallye) voit ses souches obligataires littéralement « massacrées ». Ainsi, l’obligation Rallye 2023 offre un rendement actuariel proche de 20%. Ces situations extrêmes et parfois particulières ne sont pas sans rappeler les scenarii de stress de 2008 et 2011. C’est parce que le désendettement n’a pas vraiment eu lieu ni dans le monde public ni dans le monde privé.

Le resserrement de la politique monétaire américaine, la force du dollar (symbolisé par le triomphalisme de Donald Trump) et les velléités protectionnistes ont initié un nouvel environnement moins lisible et plus court-termiste. Se projeter au-delà de mars 2019 (en ayant absorbé 1/ les négociations sur le budget italien et 2/ l’échéance du Brexit) demeure complexe.

Pourtant, sans effondrement des perspectives de bénéfices des résultats (ce qui n’est pas le cas pour l’instant ni en 2018 ni 2019), les marchés actions sont le « spot » où la création de valeur est la plus productive et la mieux récompensée à l’instar de ce qui se passe aux Etats-Unis.

Comme les surfeurs dans le film légendaire Endless Summer, les investisseurs espèrent d’ailleurs continuer à surfer sur la meilleure vague, celle des actions américaines, sans fin. Mais pendant ce temps là en Europe, les moins téméraires préféreront une tranquille promenade en pirogue avec Angela Merkel sur le fleuve tranquille de l’obligation allemande à 10 ans qui offre un rendement généreux de 0,34%.


Il n'y a pas de déclin de l’Empire américain

Texte achevé de rédiger le 17 août 2018 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion

IGOR de MAACK - DNCA FINANCE

Il n’y a pas de déclin de l’Empire américain

L’été confirme la tendance très particulière de cette année. Malgré une croissance mondiale toujours supérieure à 3%, des risques multiples sont apparus et focalisent l’attention des investisseurs qui fuient les actifs risqués européens. La forte baisse de la livre turque, le risque politique en Italie (sans parler du tragique accident à Gênes), les tarifs douaniers qui ne cessent de monter entre la Chine et les Etats-Unis ne peuvent pas contribuer à une prise de risque estival.

La robustesse du dollar intrigue mais elle est finalement en phase avec le discours, les sanctions et la politique de domination de l’administration américaine. Malgré de nombreux détracteurs, Donald Trump est peut-être entrain de réussir son pari. La consommation américaine évolue toujours sur des niveaux élevés autour de +2,5%. La production industrielle a une nouvelle fois accélérée augmentant de plus de 4% en glissement annuel au mois de juillet. Avec le retour de l’inflation compensée par une baisse de l’imposition, il est difficile de militer pour le déclin (économique à tout le moins) de l’Empire américain, même si l’espérance de vie y diminue depuis 2015…les actifs en dollars demeurent une sorte de refuge dans ces temps troublés et malgré certains efforts, l’Europe n’a pas démontré sa capacité à attirer les flux des investisseurs.

Si l’écart de momentum économique devait s’aggraver entre les Etats-Unis et l’Europe au deuxième semestre, il sera difficile d’imaginer une réduction de l’écart de performance entre les marchés actions américains et européens.


Pas de pitié pour la value européenne

Texte achevé de rédiger le 10 août 2018 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion

IGOR de MAACK - DNCA FINANCE

Pas de pitié pour la value européenne

La gestion value européenne continue de souffrir dans un climat de taux toujours artificiellement bas et un contexte politique morose du Vieux Continent.

Le différentiel de valorisation entre le MSCI Growth et le MSCI Value (P/B de 3,1x contre 1,3x et PE 21,2x contre 14,7x) interpelle toujours même si ce n’est pas forcément incohérent avec le passé et le contexte actuel de ralentissement de la croissance. Les résultats semestriels n’ont pas vraiment décidé les investisseurs, un peu accablés par les chaleurs caniculaires, à revenir massivement sur les marchés actions.

En Italie, le gouvernement a déjà commencé à réviser en baisse ses prévisions de croissance pour l’année 2018 et réviser en hausse ses prévisions de déficit budgétaire pour l’année en cours. Les taux italiens 10 ans frôlent désormais les 3%. Aux menaces à peine voilées succèdent les messages rassurants des gouvernants italiens sans qu’on puisse vraiment dire si cette situation aboutira à de meilleurs résultats économiques et à une meilleure gouvernance transalpine. Pour l’instant, toutes les stratégies qui ont consisté à mettre en demeure ou à faire chanter la zone euro (la Grèce) ou l’Europe (le Brexit) semblent vouées à l’échec.

Ainsi à quelques mois de l’échéance du Brexit, on a du mal à s’imaginer que le gouvernement anglais s’apprête à constituer des stocks de médicaments d’urgence comme au temps des bombardements de la capitale londonienne par la Luftwaffe. Winston Churchill doit se retourner dans sa tombe.

La courte victoire des Républicains en Ohio va aussi prolonger le suspens des élections de mi-mandat aux Etats-Unis. C’est à ce moment précis qu’on connaîtra la véritable adhésion du système politique et électoral américain au désormais célèbre slogan «America First».


DNCA Finance - Rapport de gestion - Juillet 2018

Nos rapports de gestion à fin août sont disponibles. Pour les consulter, veuillez cliquer sur les liens ci-dessous. Nous restons à votre entière disposition pour toute information complémentaire.

Toute l’équipe de DNCA Finance.

 

Gestion Taux

55c23608-70a9-478e-aa59-497404bdc219.png DNCA Sérénité Plus – Obligations zone euro court terme

55c23608-70a9-478e-aa59-497404bdc219.png DNCA Invest Alpha Bonds – Obligations Internationales Multi-stratégies

55c23608-70a9-478e-aa59-497404bdc219.png DNCA Invest Flex Inflation – Obligations Flexible Inflation Internationales

e92643fe-b739-4b3c-a76d-b8d3ac0cd10a.png DNCA Invest Convertibles – Obligations convertibles européennes

e92643fe-b739-4b3c-a76d-b8d3ac0cd10a.png DNCA Invest Global Convertibles – Obligations convertibles internationales

Gestion Performance Absolue

48ce2dde-eb4f-4703-8311-697f7a0f85b2.png DNCA Invest Miura – Performance Absolue

255ff5e9-6747-4342-9cb8-2e4004491d1c.png DNCA Invest Miuri – Long couvert – Performance Absolue

37113d07-9c91-42d8-9759-6eb393146be1.png DNCA Invest Velador – Performance Absolue

4727b076-03a3-40c6-94ae-96b14af76266.png DNCA Invest Venasquo – Long couvert Europe – Performance Absolue

Gestion Mixte

da6f6558-bb52-4220-9a08-7414281deaa0.png Eurose – Flexible Patrimonial

da6f6558-bb52-4220-9a08-7414281deaa0.png DNCA Invest Eurose – Flexible Patrimonial

160ab45b-04c6-4825-81ad-b4db4c8edabc.png DNCA Evolutif – Flexible

160ab45b-04c6-4825-81ad-b4db4c8edabc.png DNCA Invest Evolutif – Flexible

160ab45b-04c6-4825-81ad-b4db4c8edabc.png DNCA Evolutif PEA – Flexible

Gestion Actions Françaises

e502bb52-ff7e-43b0-b2df-95ddc7046b9e.png Centifolia – Actions Françaises « value »

29c7a119-2c62-42d0-8a64-d4f4ed6b3d5d.png Gallica – Actions Françaises

Gestion Actions  Européennes

a59fa037-4876-479b-b8b0-5e19b796981f.png DNCA Value Europe – Actions européennes « value »

a59fa037-4876-479b-b8b0-5e19b796981f.png DNCA Invest Value Europe – Actions européennes « value »

eb2ee91b-ba6f-4d5e-aa54-692c95362c9a.png DNCA Invest Archer Midcap Europe – Actions européennes mid-cap

94a49746-c988-4a98-86bd-622736b2be3e.png DNCA Invest Europe Growth – Actions européennes croissance

Norden.png DNCA Invest Norden Europe – Actions Europe du Nord

64369f95-3c3d-4a54-a64d-48e4f2e0b2e4.png DNCA Invest South Europe Opportunities  – Actions Europe du Sud

8c77bf8e-7ec9-4356-95dc-3cdd6f31b375.png DNCA PME – Actions européennes PME/ETI

77161ce3-e3b1-47a7-af03-e797aa4cf97e.png DNCA Opportunites Zone Euro – Actions zone euro « value »

Gestion Actions Thématiques et Croissance

c5f2a31a-66ec-4850-8096-b0dd2953ce67.png DNCA Invest Infrastructures (Life) – Actions européennes infrastructures

3308c64a-f170-40d7-bd0f-e3334edc1f15.png DNCA Invest Global Leaders – Actions internationales

Tous les rapports de gestion

DNCA Invest Alpha Bonds

Obligations Multi-Stratégies Internationales

 

Pouvez-vous brièvement vous présenter ?

Nous avons respectivement plus de 30 ans et 15 ans d’expérience des marchés financiers. Et nous travaillons ensemble depuis 2006 sur des thématiques de fonds obligataires et indexés à l’inflation. Nous partageons la même conception du métier où la performance ne doit pas se faire au détriment de la sécurité d’un patrimoine.

Vous avez créé le fonds DNCA Invest Alpha Bonds (lancé le 14 décembre 2017), quel est son profil et son objectif de gestion ? Quels sont les investisseurs concernés ? ?

DNCA Invest Alpha Bonds est un fonds obligataire multi-stratégies internationales.

Son profil défensif vise à réaliser une performance nette de frais supérieure à l’indice Eonia + 2,5% en y associant une volatilité annuelle inférieure à 5% dans des conditions normales de marché sur la période d’investissement recommandée (3 ans).

Le fonds constitue une alternative de choix pour tous les investisseurs souhaitant diversifier leurs placements obligataires classiques.

En soi, il s’agit d’une gestion de type ‘performance absolue’ ?

Oui, car le fonds….

 

LIRE LA SUITE DE L’INTERVIEW


Eurose | Mixte Patrimonial - Retrouvez l'interview de l'équipe de gestion sur les quatre classes d'actifs du fonds.

Poche taux : 57%. Une allocation diversifiée, une gestion dynamique du risque

La maturité  moyenne des obligations détenues est courte (3,14 années) et l’échéancier est très concentré sur les 3 prochaines années (17% des titres  arrivent à terme en 2018 puis 18% en 2019 et 22% en 2020).

Comment gérez-vous  activement les flux de liquidités correspondants pour saisir de nouvelles  opportunités sur les taux et diluer les risques au sein du portefeuille ?

Cette politique visant à disposer d’un échéancier concentré sur un avenir proche a été mise en place depuis plusieurs années face aux épisodes de volatilité élevée qu’a traversés le marché obligataire en zone euro. Pendant les périodes calmes comme en 2017, les opportunités sont plus rares et la part de liquidités est augmentée. Ce sont autant de moyens qui peuvent ensuite être mobilisés dès que les marchés se dégradent, comme cela a été le cas à partir du mois de février.

Cette manière de travailler garde tout son intérêt pour les années à venir face à une Banque centrale qui devrait retirer progressivement son soutien massif aux différents secteurs du marché obligataire.

En ce sens, l’identification et la répartition des risques sont effectivement essentielles afin de maitriser des corrélations probablement coûteuses lors des épisodes de volatilité, comme ce pourrait être le cas entre les actions et les marges de crédit, par exemple.

LIRE LA SUITE DE L’INTERVIEW

 


EUROSE - L'incontournable de la gestion patrimoniale

COMMENTAIRE DE GESTION

Jean-Charles Mériaux – Philippe Champigneulle – Romain Grandis – Damien Lanternier – Adrien Le Clainche – Baptiste Planchard   Achevé de rédiger le 3 Septembre 2018

EUROSE – L’incontournable de la gestion patrimoniale

Malgré une situation économique globalement très convenable, ce mois d’août aura vu le grand retour de l’aversion au risque. Tensions commerciales, doutes sur la croissance chinoise, difficultés en Amérique latine, effondrement de la devise turque et questions politiques en Italie : les sujets ne manquent pas pour justifier ce net fléchissement de la confiance des investisseurs. Seuls les marchés américains échappent à cette ambiance délétère, soutenus par des résultats souvent très solides et un environnement monétaire lisible.

En savoir plus


DNCA EVOLUTIF - Flexible

COMMENTAIRE DE GESTION

Pierre Pincemaille – Augustin Picquendar – Thomas Planell    Achevé de rédiger le 3 Septembre 2018

 

DNCA EVOLUTIF – Flexible

Alors que le marché boursier américain a continué sa marche en avant pendant le mois d’aout (S&P 500 à +3%), les places boursières européennes ont reculées sur la période avec un indice Eurostoxx50 en baisse de 3,8%. Un tel écart de performance mensuel entre les Etats Unis et l’Europe n’est arrivé que 8 fois au cours des 20 dernières années. Cela s’explique principalement par les incertitudes concernant le budget italien ainsi que la dépréciation de la devise turque.

Les données macroéconomiques publiées en août ont témoigné d’une amélioration du momentum sur le PMI de la zone euro, notamment sa composante nouvelle commande. Cette dernière est le meilleur indicateur avancé de la croissance de la zone Euro, qui devrait être plus dynamique pour la deuxième partie de l’année (nivaux consistants avec une croissance annualisée de 2,3% pour la zone).

Lire la suite


Focus Fonds

Point sur Eurose

Retrouvez notre point sur le fonds par Jean-Charles Mériaux, Directeur de la Gestion, et Philippe Champigneulle, Gérant.

Lire la vidéo


Expertise | Pourquoi investir dans les Mid-Cap Européennes avec DNCA Invest Archer Mid-Cap Europe ?

– Les « mid-cap européennes », un segment de marché attractif.
– Un portefeuille composé d’entreprises qui affichent :

  • une valorisation attractive,
  • un avantage concurrentiel,
  • un alignement des intérêts des dirigeants et des actionnaires.
– Un portefeuille équilibré : 40 à 65 positions
– +19,13% de performance annualisée depuis création* avec une volatilité de 10,27%
– Un gérant expérimenté, Don Fitzgerald, 12 ans d’expérience, noté « AA » par Citywire**.

R é u n i o n A n n u e l l e P a v i l l o n V e n d ô m e 2 4 j a n v i e r 2 0 1 8