Le Comptoir (Amundi AM et CPR AM)

Le Comptoir, un acteur de référence auprès des CGP

Lancé en septembre 2010, Le Comptoir CPR – Amundi repose sur un modèle propre totalement adapté aux Conseillers en gestion de patrimoine. Le Comptoir combine la proximité d’une boutique comme CPR AM, historiquement proche des conseillers en gestion de patrimoine, et la puissance d’un leader, AMUNDI.  Depuis maintenant 6 ans, L’équipe du Comptoir 100% dédiée s’engage au quotidien à mener une démarche active et avisée pour apporter une réponse globale et durable en phase avec les besoins de nos partenaires et ce, quel que soit l’environnement économique et financier. Elle s’appuie sur l’ensemble des experts (stratégistes, spécialistes produits et gérants) dans le but de sélectionner, au sein des principales classes d’actifs, des solutions d’investissement efficaces face aux enjeux des marchés financiers, du marché immobilier et des multiples évolutions réglementaires.

 

Les dernières infos de Le Comptoir (Amundi AM et CPR AM)

LE XIXÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE OU LE SACRE DE M. XI JINPING

LE XIXEME CONGRES DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS VA OUVRIR LE 18 OCTOBRE PROCHAIN. QUE DOIT-ON ATTENDRE ?

Le congrès du Parti communiste est le rendez-vous le plus important de la vie politique chinoise. Mais ce XIXe congrès revêt une importance toute particulière. En effet, il s’agit du congrès de mi-mandat du Président Xi : c’est usuellement le moment de consolidation du pouvoir du leader. Mais il s’agit également cette fois-ci d’un vrai renouvellement générationnel. En effet, au sein du Bureau politique, qui réunit ving-cinq membres, organe décisionnaire du Parti, onze d’entre eux sont atteints par la limite d’âge (68 ans). Plus encore, au sein du Comité permanent du Bureau politique, cinq des sept membres doivent également quitter leurs fonctions. Ainsi une nouvelle génération de dirigeants va effectivement prendre les commandes du Parti et donc du pays.

 COMMENT SE DEROULE CE CONGRES?

Comme souvent en Chine, rien n’est formellement écrit, mais les usages priment. Le premier jour du Congrès, soit le 18 octobre, le Secrétaire général du Parti, en l’occurrence M. Xi Jinping, va lire le « Rapport », document de synthèse préparé par le Comité central du Parti et fruit de très nombreux arbitrages, effectuant un bilan des cinq dernières années et définissant les grandes lignes des cinq prochaines. La manière dont M. Xi pourra…

… Retrouvez le document en intégralité 


CONJONCTURE MACROÉCONOMIQUE - BANQUES CENTRALES : LA GRANDE NORMALISATION ?

« MÊME L’AMOUR N’A PAS FAIT PERDRE LA TÊTE À PLUS DE GENS QUE DE RÉFLÉCHIR SUR LA NATURE DE LA MONNAIE. »
GLADSTONE

APPROCHE-T-ON DE LA FIN DE « L’ÈRE DES BANQUES CENTRALES » ?

Non, je ne pense pas ; je pense à dire vrai qu’elle continuera encore longtemps. Simplement les banques centrales vont pouvoir – enfi n – se mettre un peu en retrait. Certaines ont déjà commencé, d’autres s’apprêtent à le faire. Mais, vraisemblablement, elles resteront l’arme au pied, si l’on me passe cette métaphore guerrière. Mais il est vrai que, si tout se passe bien, on devrait connaître une période où tout ne dépendra plus des banques centrales ; peut-être même verra-t-on exaucé le voeu formulé jadis par M. Mervyn King, ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre : la politique monétaire pourrait redevenir ennuyeuse.

Philippe Weber

Co-Responsable des Études et de la Stratégie

… Retrouvez le document en intégralité ci-dessous.


ANALYSE CRÉDIT - LES NOUVELLES RÈGLES DU JEU POUR LES DÉTENTEURS DE DETTE OBLIGATAIRE BANCAIRE

Il est loin le temps où les détenteurs de dette obligataire bancaire bénéfi ciaient d’une protection implicite contre la faillite grâce au soutien des Etats et considéraient certaines caractéristiques des dettes subordonnées bancaires comme des « options gratuites » c’est-à-dire obligatoires pour pouvoir se qualifi er comme instruments de capital mais n’étant pas valorisées par les investisseurs car n’étant pas censées être activées. L’Union bancaire a rétabli la discipline de marché liée à la crainte de la faillite avec des expériences concrètes cette année pour les détenteurs de dette obligataire bancaire.

VOUS CONSIDÉREZ AINSI QUE 2017 CONSTITUE UN WAKEUP CALL POUR LES INVESTISSEURS OBLIGATAIRES ?

Tout-à-fait. En juin 2017, les premières applications de défaillances bancaires selon les règles de l’Union Bancaire – mise sous résolution de Banco Popular gérée par les autorités européennes, recapitalisation préventive par l’Etat italien de Monte Dei Paschi et liquidation de deux banques vénitiennes non systémiques Veneto Banca et BP Vicenza avec participation de l’Etat italien – ont clarifi é les nouveaux principes en vigueur. Et la notion de bail-in, c’est-à-dire le principe d’imposer aux créanciers d’une banque en difficulté la conversion de leurs créances en actions ou la réduction pure et simple du montant de leurs créances, est le principe central dorénavant. Dans les trois cas cités, les dettes subordonnées LT2 et AT1 ont perdu la totalité de leur valeur alors que les LT2 bénéficient d’un rang plus senior que les AT1, une surprise pour le marché mais une confirmation que

Aude Lerivrain

Responsable de l’Analyse et de la Stratégie Crédit

… Retrouvez le document en intégralité ci-dessous.


ACTIONS FRANÇAISES - UN FONDS PEA POUR UN DISPOSITIF QUI FÊTE SES 25 ANS : CPR ACTIONS FRANCE

POUVEZ-VOUS NOUS EXPOSER UN BREF HISTORIQUE DU DISPOSITIF PEA ?

Institué par une loi du 16 juillet 1992, le Plan d’Epargne en Actions a fêté ses 25 ans cet été. Souvent oubliée, cette enveloppe fiscale mérite pourtant le détour. Limitée à l’origine, aux investissements dans les actions françaises, elle avait pour but officiel d’encourager l’investissement en bourse des particuliers, notoirement bas en France ; et pour but officieux de maintenir les droits de vote entre les mains d’actionnaires particuliers résidant en France, détail toujours utile en cas d’OPA transfrontalière. Retoquée par l’Europe en 2003, l’enveloppe fiscale a dû s’ouvrir rapidement aux entreprises « ayant leur siège dans l’Union européenne », puis aux FCP et FCPI. La jeune vie du PEA fut pourtant mouvementée. Après avoir connu un franc succès à son lancement, ce dernier est victime de l’éclatement de la bulle internet de 2001, qui voit de nombreux particuliers déserter la bourse après une expérience douloureuse. Les grands réseaux bancaires, jamais à cours d’imagination, créeront alors les premiers fonds profilés (prudents, équilibrés, dynamiques… qui donneront eux-mêmes naissance aux fonds « patrimoniaux » une décennie plus tard) pour ramener, avec d’infinies précautions,

Eric Labbé
Gérant Actions Européennes

… Retrouvez le document en intégralité ci-dessous.


A TOUTE CHOSE MALHEUR EST BON ! (OU PAS)

Lorsque Jean-Baptiste Emanuel Zorg reçoit le père Vito Cornelius dans son bureau* c’est pour le convaincre de l’aider à préserver la vie… en la détruisant. Cette théorie pour le moins surprenante repose sur ce que nous pourrions appeler, à tort, la destruction créatrice. Ainsi, nous explique-t-il, briser un verre engendre, pour le remplacer, une activité humaine et robotique importante pérennisant les emplois et inscrivant notre espèce dans une dynamique positive. Ce sophisme futuriste n’est en réalité que l’écho incertain d’un paradoxe bien connu du 19ème siècle : le paradoxe du vitrier ! Briser un verre ou une vitre crée bien de l’activité mais ne permet pas d’accumuler de la richesse, pire encore l’énergie (ou l’argent) dépensée pour reproduire, à l’identique, ce qui a été détruit épuise des ressources et ne pourra pas être utilisé pour élaborer de nouveaux biens. La société perd alors la valeur des objets inutilement détruits. Cette critique peut évidemment s’étendre à certains indicateurs économiques classiques comme le PIB. Ainsi, les États-Unis risquent d’affi cher une croissance gonfl ée artifi ciellement sur les prochains mois par le passage dévastateur de Harvey, le cyclone aux 143 milliards de dollars de dégâts.
Mais rassurez-vous : il faudra bien plus qu’une catastrophe climatique majeure combinée à des risques de guerre thermonucléaire pour enrayer notre optimisme… à court terme tout du moins. Nos scénarios restent identiques, seules leurs probabilités d’occurrences changent. Le scénario central (60%) de « bonne dynamique de la croissance mondiale » anticipe la poursuite de l’embellie économique sur fond de croissances synchronisées. Dans ce scénario, les actions progresseraient entre 0 et 5% sur les trois prochains mois dans un contexte de normalisation progressive de l’obligataire. Mais comme il ne faut jamais confondre sa chance et son mérite, notre scénario alternatif (20%) fait état de tensions incapacitantes aux États-Unis. Dans ce scénario les actifs risqués s’orienteraient nettement à la baisse et les taux joueraient leur rôle de valeur refuge. Enfi n, notre ultime scénario anticipe l’adoption de la réforme fi scale aux États-Unis (20%). Dans ce contexte les marchés reprendraient leur hausse, dépassant ainsi leur plus haut niveau de l’année. Le dollar, donnée déterminante de la variation actuelle des marchés, ne continuerait à s’affaiblir que dans le deuxième scénario.

(*) Le Cinquième Élément – Luc Besson

Cyrille Geneslay, Gérant Allocataire


FOCUS OR & MINES - OR, MINES & RESSOURCES NATURELLES…RETOUR EN GRÂCE DU BILLET VERT

En résumé – Après avoir touché un plus haut depuis août 2016 ($1357,6/oz), les cours de l’or se sont retournés brutalement, enfonçant la barre des $1300/oz, et venant tester dans la foulée leur moyenne 100 jours.
La tenue d’un discours plus « hawkish » par Janet Yellen lors du dernier FOMC, ravivant à presque 70% la probabilité d’une hausse des taux directeurs de la Fed en décembre prochain, et entraînant par la même une vive remontée du dollar US et des taux réels, a clairement pesé sur les cours du métal jaune.
Par ailleurs, la moindre aversion au risque des investisseurs face aux risques géopolitiques, les a incités à se détourner des actifs « défensifs » à l’image du yen et de l’or.

Arnaud du Plessis
Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles

… Retrouvez le document en intégralité ci-dessous.


CONJONCTURE MACROÉCONOMIQUE - « LA POLITIQUE D’INVESTISSEMENT DE LA CHINE : UNE VOLONTÉ D’EXPANSION AFFICHÉE »

LE PRÉSIDENT XI JINPING ACCÉLÈRE SA COMMUNICATION SUR LES « NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE ». DOIT-ON Y VOIR UNE MODIFICATION MAJEURE DE LA STRATÉGIE EXTÉRIEURE CHINOISE ?

Par Laetitia Baldeschi, co-responsable des études et de la stratégie

Il est clair que l’intervention du président chinois au forum de Davos, favorable à la globalisation, a été de nature à surprendre, mais il convient de la replacer dans un contexte particulier. En effet, la Chine, depuis 2012 doit faire face à un essouffl ement de son modèle de croissance reposant sur l’investissement et l’exportation. M. Xi a choisi dès 2012 de projeter la puissance économique de la Chine vers l’Europe à travers l’Asie centrale, afi n de contrecarrer l’isolement du pays sur son côté Est.

Mais il s’agit également d’un choix stratégique conduit par des impératifs de politique intérieure. En effet lors du XVIIIème congrès du Parti communiste en 2012 les objectifs pour les deux centenaires ont été défi nis. Le 1er centenaire, en 2021, celui de la création du Parti communiste chinois, doit constater que la Chine est devenue une société prospère, ce qui se mesurera par le doublement en 2021 du PIB par tête par rapport à 2010. L’autre centenaire, en 2049, est celui de la fondation de la République populaire de Chine…

… Retrouvez le document en intégralité.


ANALYSE RECHERCHE - LES FACTEURS DE RISQUE ESG : UNE APPROCHE INNOVANTE PAR LES SIGNAUX FAIBLES ?

QUELLE EST VOTRE PHILOSOPHIE SUR L’INTÉGRATION ESG DANS LES PROCESSUS D’INVESTISSEMENT?

Par David Usemma, Antoine Gougeon et Catherine Crozat, ingénieurs financiers

Aujourd’hui, une grande partie de nos solutions ESG sont totalement sur-mesure, dans le cadre de fonds et mandats dédiés ; elles sont le fruit d’un échange avec nos clients, en fonction de leurs objectifs afi n de s’inscrire dans leur dispositif ESG.
Dans tous les cas, nous nous appuyons sur la recherche du bureau d’analyse extra-fi nancière du groupe Amundi (couvrant 4500 valeurs dans le monde), qui mutualise données, moyens et expertise pour le groupe.

Nous sommes guidés par le pragmatisme et l’association réussie du financier et de l’extra financier, pour permettre à nos clients de remplir leurs objectifs de fi ducie. L’innovation est également au coeur de notre philosophie, puisque tout cet écosystème est vivant et en évolution, sur les plans technique et réglementaire.

QUELS SONT VOS TRAVAUX LES PLUS RÉCENTS ?

Nous avons mené, en partenariat avec un de nos clients Institution de retraite un important programme de recherche quantitative de l’impact des « signaux faibles » extra-financiers sur le risque financier et la performance des émetteurs. Notre hypothèse de départ était que l’information riche et très granulaire qui sous-tend la note globale d’un émetteur peut être exploitée pour pointer des risques extra-financiers structurels ciblés, affectant la performance fi nancière et potentiellement masqués par l’effet de moyenne de la note ESG globale…

… Retrouvez le document en intégralité .


MENSONGES HONNÊTES

Il est une donnée surprenante, dérangeante, presque anxiogène : 30% des personnes innocentées sur la base de test ADN ont avoué le crime qu’elles n’avaient pas commis. Si les pressions policières peuvent expliquer en partie ce phénomène, il faut aller chercher du côté de la mémoire et des biais cognitifs pour appréhender pleinement ce curieux phénomène. Les souvenirs se réactivent à l’aide de fragments éparpillés dans la mémoire qui va encoder, stocker et récupérer ces représentations mentales. Ce processus de reconstruction du puzzle mémoriel peut alors être court circuité inconsciemment (ou pas) par des souvenirs fantômes et autres mensonges ≪ honnêtes ≫, une sorte de réalité alternative plus vraie que nature. Ainsi lorsque Donald Trump vante encore et toujours les résultats de SON action, il n’est pas que le dangereux sociopathe manipulateur que voit en lui son propre biographe. C’est en réalité la première victime de son charisme dévorant, trompé par des mensonges mutants qui sont passés dans son cortex cérébral de ce qui ≪ aurait pu ≫, à ce qui ≪ aurait été ≫, pour finir par s’ancrer en ce qui ≪ a été ≫. Il reste ainsi persuadé d’avoir contribué à la bonne tenue des marches, au retour de la croissance économique et à la baisse du chômage, le tout sans avoir réussi à faire passer la moindre réforme en 7 mois …

Cette embellie économique mondiale est réelle, concrète. Elle pourrait se prolonger en dépit de l’inertie politique des Etats-Unis. C’est en tout cas ce qu’anticipe notre scenario central (60%) de ≪ bonne dynamique de la croissance mondiale ≫. Dans ce scenario, les actions progresseraient entre 0 et 5% dans les trois prochains mois dans un contexte de normalisation progressive de l’obligataire. Mais comme il ne faut jamais confondre sa chance et son mérite, notre scenario alternatif (30%) fait état de tensions incapacitantes aux Etats-Unis. Trump, déjà critiqué, se retrouverait encore plus isolé, autant sur le plan de la politique intérieure qu’à l’international. Dans ce scenario, les actifs risqués s’orienteraient nettement à la baisse et les taux joueraient leur rôle de valeur refuge. Enfin, n’étant jamais à l’abri d’une bonne nouvelle, notre ultime scenario anticipe l’adoption de la réforme fiscale aux Etats-Unis (10%). Dans ce contexte, les marchés reprendraient leur hausse, dépassant ainsi leur plus haut niveau de l’année. Le dollar, donnée déterminante de la variation actuelle des marchés, ne continuerait à s’affaiblir que dans le deuxième scenario.


FOCUS OR & MINES - OR, MINES & RESSOURCES NATURELLES… ACCÉLÉRATION DU MOMENTUM

En résumé – Après avoir testé la zone des $1200/oz début juillet ($1204,7/oz, le 10/07), les cours de l’or sont repartis à l’assaut de la barre psychologique des $1300/oz. Si le cours fatidique a bien été touché une 1ère fois le 18 août ($1301/oz), ce n’est qu’en fin de période qu’il a finalement été franchi en clôture !

La faiblesse du dollar, au plus bas depuis janvier 2015 contre les principales devises (Dollar Index), associée aux sympathiques échanges verbaux entre Messieurs Trump et Kim, a clairement soutenu la tendance. Par ailleurs, les propos (ou silences) entendus à Jackson Hole, éloignant encore la perspective d’un nouveau resserrement monétaire de la FED avant la fin de l’année, et occasionnant par là même une détente des taux réels US, sans parler du dernier lancement de missile coréen, cette fois survolant le Japon, ont eu raison des tergiversations du marché autour du métal jaune et lui ont permis de se maintenir au-dessus de $1300/oz…

Arnaud du Plessis

Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles

… Retrouvez le document en intégralité.


« A la recherche du Bonheur »

Le bien-être et l’épanouissement personnel sont des tendances sociétales structurelles dont CPR AM, acteur reconnu en gestion actions thématiques, souhaite capter le potentiel de croissance.

Entretien avec Anne Le Borgne, gérante de la thématique Lifestyles 

Quelle est la philosophie du fonds ? 

Capitaliser sur les aspirations liées à l’épanouissement personnel de l’individu du XXIe siècle : c’est ce que nous visons au travers de notre stratégie Lifestyles.

Ainsi, notre fonds thématique d’actions internationales Amundi Funds CPR Global Lifestyles vise à profiter de l’essor de l’économie autour du ‘bien-être’ multigénérationnel. Une thématique riche qui repose sur des tendances structurellement porteuses à long terme comme la création de richesse, le développement des classes moyennes dans les pays émergents ou encore les nouvelles tendances de consommation et ses évolutions.


Nous avons une approche unique d’allocation dynamique en facteurs

En préambule, pouvez-vous nous expliquer à quoi sert la gestion quantitative aujourd’hui ?

La première utilité de la gestion quantitative est de permettre une analyse objective des marchés financiers, c’est-à-dire d’éviter les biais subjectifs. Plus concrètement, c’est une approche nécessaire car les marchés financiers délivrent de plus en plus d’informations. Avec l’informatisation des places boursières qui s’est accélérée depuis le début des années 90, les gérants font face à un flux de données de plus en plus important. A titre d’exemple, nous avons listé plus de 8 000 actions accessibles (liquides) à travers le monde. La gestion quantitative permet de trier et d’ordonner ces informations pour en extraire l’essentiel. Plus encore, l’approche quantitative offre la possibilité d’étudier les données historiques des marchés financiers et cette étude démontre qu’il existe des critères, appelés facteurs, qui apportent de la valeur ajoutée par rapport aux indices classiques comme le S&P 500 ou le MSCI World et a permis le développement de la gestion dite « factorielle ». En résumé, la gestion quantitative est un outil désormais indispensable à la gestion moderne pour suivre et comprendre les marchés financiers dans un cadre de risque maîtrisé, car tous nos travaux d’analyse intègrent le risque tel qu’évalué par le modèle de risque APT fourni par Aptimum.

Cyrille Collet

Directeur de la Gestion Quantitative Actions chez CPR AM


Actifs, nos convictions - Juillet 2017

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous, notre publication « Actifs, nos convictions » qui vous donnera notre vision des marchés et nos scénarios à 3 mois.

LIRE LA PUBLICATION


CONJONCTURE MACROÉCONOMIQUE - « LA POLITIQUE MONÉTAIRE CHINOISE A-T-ELLE CHANGÉ DE NATURE ? »

Y A-T-IL UN RALENTISSEMENT MARQUÉ DE LA CONJONCTURE AU 2ÈME TRIMESTRE?

Les chiffres du mois d’avril avaient certes déçu, en repli par rapport à un premier trimestre plutôt plus dynamique qu’on ne pouvait l’espérer. Les données du mois de mai ont été un peu plus soutenues et le rebond des indicateurs PMI, tant offi ciels que publiés par Caixin pour le mois de juin, est rassurant. Certes il n’y a pas d’accélération de l’activité, mais elle n’est pas recherchée. Il n’y a pas non plus de ralentissement marqué, celui-ci n’est pas non plus souhaité. Les autorités cherchent avant tout à accompagner la transformation du modèle chinois en évitant d’accumuler les déséquilibres. La croissance nominale du PIB (croissance réelle de 6,9% avec des prix à la production en hausse de plus de 6%) était un peu rapide au 1er trimestre à leurs yeux, risquant d’être source d’accroissement de l’endettement, notamment celui des entreprises. Un tassement, notamment dans l’industrie, apparaît plus cohérent avec les objectifs offi ciels.

… Retrouvez le document en intégralité .


L’HYMNE COMME REFLET D’UNE NATION

Qu’il soit imposé par l’usage ou choisi par les gouvernements, l’hymne national est un chant patriotique riche d’une histoire qui lui est propre. Cette histoire puise souvent sa source dans les épreuves les plus dures que le pays a traversées et rappelle les valeurs fondamentales de la nation. Ainsi la Marseillaise est un chant de guerre révolutionnaire appelant à la résistance du peuple français face à la tyrannie étrangère. C’est une invitation au combat, une lutte pour la liberté. « La bannière étoilée », quant à elle, est un hommage au drapeau américain flottant sur le fort Mc Henry et au sacrifi ce des hommes et des femmes morts de l’avoir protégé. L’origine du « God Save the Queen » en revanche est plus controversée. Cet hymne écrit par une Française et mis en musique par un Italien aurait été conçu pour célébrer le bon rétablissement de Louis XIV opéré d’une fi stule anale avant d’être popularisé en Grande-Bretagne par Georges Friedrich Haendel 30 ans plus tard, nous rappelant que même les choses les plus insignifi antes peuvent avoir des conséquences pour le moins inattendues. C’est un peu ce qu’a dû penser David Cameron en organisant son référendum sur le « Brexit ». Ce vote populaire qui ne devait n’être qu’une simple formalité s’est avéré catastrophique, précipitant sa chute. Ironie du sort, un an après cet échec retentissant, c’est au tour de Theresa May de vaciller face à la vox populi des élections législatives, transformant ce que les analystes politiques avaient qualifi é de « pari génial » en une déroute inquiétante. Dans ces conditions la ligne dure dans la négociation pour le Brexit semble donc s’éloigner encore, allégeant en quelque sorte le risque politique européen à court terme.

Notre scénario adverse de « tensions internes entraînant une fragilisation de M. Trump », fait état des faibles risques d’impeachment et surtout de l’incapacité chronique du président à susciter l’adhésion des élus de sa propre majorité sur ses projets. Les marchés actions échaudés par le président 2.0 souffriraient, cédant entre 5% et 10%. L’obligataire jouerait alors pleinement son rôle de valeur refuge. Parallèlement notre scénario central de « bonne dynamique de la croissance mondiale » se maintient à un niveau élevé. Il laisse présager la poursuite mesurée du vaste mouvement de hausse des actions internationales et de normalisation de l’obligataire.

Cyrille Geneslay, gérant allocataire


FOCUS OR & MINES - OR, MINES & RESSOURCES NATURELLES… OR JAUNE VS OR NOIR

En résumé – Les cours de l’or ont poursuivi leur évolution sans tendance marquée, testant alternativement la barre des $1300/oz ($1296 touché le 6 juin), et la MM 200 ($1233 à ce jour). La hausse des taux directeurs de la Fed était parfaitement anticipée par le marché, et le métal jaune subit depuis des vents contraires : soutenu d’une part par la faiblesse du dollar US, et affaibli d’autre part par la remontée des taux d’intérêt réels et le peu d’aversion au risque des investisseurs. Notons que les anticipations inflationnistes qui ont clairement reculé jusqu’au 20 juin, ont retrouvé quelques vigueurs depuis.

La lanterne rouge revient au pétrole dont les cours (Brent) sont revenus, le 21 juin, sur le point bas de novembre, alors en chute de près de ~19% ($) par rapport au sommet du 25 mai, et de ~24% par rapport au sommet de janvier ($57.6) avant de se reprendre en fin de mois et terminer le mois sur un recul de 3.70% ($)…

… Retrouvez le document en intégralité.


ACTIONS THÉMATIQUES - CPR INVEST - GLOBAL DISRUPTIVE OPPORTUNITIES - PLANETE - LA GESTION DES RESSOURCES : UNE THÉMATIQUE NATURELLEMENT ET NÉCESSAIREMENT DISRUPTIVE

L’accroissement des besoins conjugué à des réserves qui se raréfient, poussent nombre d’industries à se réinventer technologiquement. La volonté de réduire ce déficit a engendré dans certains domaines, notamment énergétique et alimentaire, des mutations en passe d’être séculaires.

Qu’ils soient climatiques, environnementaux, énergétiques ou agricoles, les grands bouleversements des dernières décennies ont en commun de reposer sur le même phénomène : la croissance démographique. Alors que la population mondiale culminait à un milliard d’individus au début du XIXème, elle en compte cinq milliards de plus aujourd’hui, et devrait approcher les dix milliards à l’horizon 2050. Cet accroissement exponentiel pose aujourd’hui l’inévitable équation des ressources qui l’accompagnent. « La problématique de réduction du déficit structurel entre les besoins et les réserves est fondamentale parce que vitale pour l’humanité, résume Wesley Lebeau, gérant du fonds CPR Invest – Global Disruptive Opportunities. Elle s’est naturellement imposée ces dernières années comme un thème majeur qui porte intrinsèquement les caractéristiques de la disruption et mobilise la recherche et l’innovation ».

… Retrouvez le document en intégralité ci-dessous.


Actifs, nos convictions - Juin 2017

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous, notre publication « Actifs, nos convictions » qui vous donnera notre vision des marchés et nos scénarios à 3 mois.

 LIRE LA PUBLICATION 

L’Edito : QUAND L’ÉVÉNEMENT DÉPASSE LE PRÉVISIBLE…

Nous passons la majeure partie de notre vie dans une attitude déterministe, pensant qu’en vertu du principe de causalité, nous trouverons le bonheur et la sérénité dans un contrôle parfois outrancier. Nous planifi ons, organisons, programmons notre vie pour réduire l’aléa, l’inconnu à une portion congrue, visible, digérable. Nous vivons chaque péripétie, chaque revers comme autant d’échecs plus ou moins acceptables. Mais en dépit de tous nos efforts il arrive parfois que l’impossible se réalise par la concordance d’éléments plus improbables les uns que les autres.

Ainsi qui aurait cru que Leslie Lynch King Jr. deviendrait le 38ème président des Etats-Unis ? Il aura fallu la démission de Spiro Agnew (corruption) alors vice-président puis l’éviction de Nixon pour une sombre histoire de téléphone (pas si) rose pour que M. King accède à la présidence sous le nom de Gerald Ford et marque l’histoire des Etats-Unis en étant le premier et l’unique président non élu par le peuple américain. Mais si cette histoire qui sonne aussi creux que le scénario d’une mauvaise série B, semble être les premiers pas d’un homme vers l’accomplissement d’un destin hors du commun, le dénouement fut beaucoup plus absurde. En effet, non (ré) élu pour un « deuxième » mandat, Ford laissera de lui l’image d’un piètre président gaffeur, incapable de mâcher un chewing gum et de marcher en même temps, en somme une version désuète et passéiste d’un twittos incohérent au champ lexical plus que limité…

Cyrille Geneslay, gérant allocataire


CONJONCTURE MACROÉCONOMIQUE - « LES ÉMERGENTS : TOUJOURS UNE BONNE IDÉE ? »

QUE JUSTIFIE LA BONNE ORIENTATION DES MARCHÉS ÉMERGENTS DEPUIS LE DÉBUT DE L’ANNÉE ?
Après le choc de l’élection de M. Trump entrainant le dollar et les taux à la hausse, les marchés boursiers émergents avaient nettement fléchi. La focalisation des investisseurs sur la partie pro-croissance du projet Trump et les déclarations plus accommodantes du nouveau président concernant les partenaires et accords commerciaux ont permis un rebond très net des bourses émergentes, aidé par la stabilisation des devises. Le retour vers une analyse fondamentale de ces pays, avec notamment de meilleures perspectives d’activité et une normalisation de l’inflation graduelle à peu près partout, couplé à un retard avéré du rattrapage boursier sur les grands pays développés, ont permis une nette accélération des marchés actions.

… Retrouvez le document en intégralité.


FOCUS OR & MINES - OR, MINES & RESSOURCES NATURELLES… EN ATTENDANT L'ETE

Relative stabilité de l’or en mai dont les cours ($) ont évolué au sein d’un intervalle de ~$55 ($1214/1268/oz). La faiblesse du dollar US a constitué le principal soutien du métal jaune. Si l’éloignement des signaux inflationnistes n’est pas une bonne nouvelle pour l’or, celui-ci est contrebalancé par un environnement de taux réels toujours très attractif. Après la hausse très attendue des taux directeurs US en juin (probabilité 90%), la Fed pourrait lever le pied jusqu’en décembre, de quoi redonner un petit coup de fouet au marché aurifère. En attendant, la période estivale se révèle souvent une bonne période pour l’or. Alors que les niveaux de volatilité de la plupart des classes d’actifs reviennent sur des niveaux historiquement bas, la relique barbare pourrait recouvrer quelques couleurs en cas de secousses…

Arnaud du Plessis
Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles
Retrouvez l’article en intégralité ci-dessous.

ACTIONS THEMATIQUES - INDUSTRIE 4.0 : LA NOUVELLE REVOLUTION INDUSTRIELLE EST EN MARCHE

LES DATAS, LA DIGITALISATION ET LA CONNECTIVITE DES MOYENS DE PRODUCTION ONT PERMIS CES DERNIERES ANNEES DES AVANCEES CONSIDERABLES DANS LE MONDE INDUSTRIEL. AU-DELA DES GAINS DE PRODUCTIVITE ET DES CHANGEMENTS DE MODE DE PRODUCTION, L’ASPECT DISRUPTIF DE CETTE MUTATION TIENT AU BOULEVERSEMENT DE CERTAINS SECTEURS D’ACTIVITE. QUELLES EN SERONT LES GRANDES CARACTERISTIQUES ?

Traditionnellement, la simple évocation de la révolution industrielle renvoie instinctivement au XVIIIème siècle, à l’utilisation de la vapeur comme source d’énergie et à la mécanisation de la production. En réalité, le phénomène est loin d’appartenir au passé. Il a en effet connu depuis, d’autres chapitres. La deuxième révolution industrielle (fin du XIXème – début du XXème siècle) s’est appuyée sur l’essor de l’électricité. La troisième survenue à partir des années 1970 s’est caractérisée par le développement de l’automatisation … Au fil de ces différentes étapes, l’industrie a connu une révolution continue qui prend aujourd’hui une nouvelle dimension…

Retrouvez l’article en intégralité..


FOCUS OR & MINES - OR, MINES & RESSOURCES NATURELLES…DÉGRADATION DU MOMENTUM

L’or a finalement terminé le mois d’avril en légère hausse, loin cependant du sommet atteint en milieu de mois ($1295/oz). Si les tensions géopolitiques russo-américaines liées aux bombardements décidés par D. Trump en Syrie, mais aussi aux provocations nord-coréennes ont pu soutenir le métal jaune, la moindre aversion au risque des investisseurs après les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle française, ont calmé les ardeurs des investisseurs.
Du côté des marchés directeurs de l’or, la faiblesse du dollar US, au plus bas depuis novembre 2016 (Dollar Index) a constitué un élément positif. L’annonce d’élections anticipées par le 1er ministre UK T. May, entraînant la livre britannique au plus haut contre le dollar US depuis 7 mois a contribué à cette situation. Pas de réel soutien en revanche du côté des taux réels US qui sont restés stables sur la période, ni des anticipations inflationnistes, qui s’effritent depuis le top observé début janvier…

Arnaud du Plessis 

Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Retrouvez le document en intégralité.


Or, Mines & Ressources Naturelles… Hausse de la volatilité

Arnaud du Plessis – Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Tendance de l’or très indécise en mars, avec une 1ère quinzaine négative dans l’attente de la Fed et un rattrapage ensuite, soutenu par un discours moins « hawkish » qu’attendu. L’incertitude politique liée aux frasques de Donald Trump et dans une moindre mesure aux élections européennes a aussi soutenu le marché.
Au final, l’or termine le mois relativement inchangé ($), bloqué à la hausse par sa moyenne 200 jours.
La faiblesse du dollar, qui semble marquer le pas, et le maintien des taux d’intérêt réels US à un faible niveau ont soutenu le marché de l’or depuis le début de l’année. En l’absence d’une accélération des perspectives inflationnistes, inchangées depuis le mois dernier, la Fed devrait s’en tenir à 2 hausses supplémentaires de ses taux directeurs en 2017. Une inflexion négative de sa politique monétaire, si l’environnement économique se dégradait, constituerait un point très positif pour le métal jaune…
Retrouvez l’article en intégralité.


ACTIONS THÉMATIQUES - 2017, UN BON MILLESIME POUR LA THÉMATIQUE « FUSIONS & ACQUISITIONS » ?

QUEL BILAN TIREZ-VOUS DE 2016 POUR VOTRE STRATÉGIE ?

L’année 2016 a été une année riche en évènements géopolitiques majeurs qui ont amplifié l’incertitude sur les marchés.
Dans cet environnement de marché particulièrement chahuté, la stratégie des restructurations économiques et financières a principalement souffert de la rotation en défaveur des valeurs de santé et des valeurs de télécommunications ainsi que de son profil de risque défensif/qualité/momentum peu adapté à un environnement de marché mettant à l’honneur les valeurs « deep value ». Les évènements électoraux en Europe et aux Etats-Unis, notamment le résultat du référendum britannique, ont affecté notre portefeuille.
Au-delà de ces impacts négatifs, le portefeuille a bénéficié d’un environnement de marché plus porteur suite à l’élection de Donald Trump et aux résultats du référendum italien.
Quant à notre allocation, dès le début de l’année 2016, nous avons privilégié la thématique des fusions & acquisitions qui, selon nous, devait continuer de bénéficier de facteurs de soutien importants.
De façon générale, le rythme des fusions et acquisitions a tendance à s’accélérer dans un environnement économique et un paysage politique rassurant. L’environnement incertain de 2016 a malheureusement eu tendance à ralentir cette dynamique.
Cependant, et malgré un volume d’activité en baisse de18% par rapport à l’année précédente, avec 3 800 mds $ d’activité en fusions & acquisitions en 2016, l’année s’inscrit comme le 2e meilleur cru après 2015, grâce notamment à l’accélération notée en toute fin d’année….

Lire la suite


CONJONCTURE MACROÉCONOMIQUE : LA POLITIQUE, LE RETOUR

LA POLITIQUE N’EST PAS UNE SCIENCE EXACTE
Otto von Bismarck

A VOUS EN CROIRE, ET À EN JUGER PAR LES DEUX SCÉNARIOS DE RISQUE QUE VOUS PRIVILÉGIEZ, LA POLITIQUE REPREND SES DROITS. MAIS SUR QUI LES REPREND-ELLE ? ET POURQUOI ?

Il y a à dire vrai deux aspects qui, un peu par hasard, se superposent. Le premier est que, après des années où ce sont la politique monétaire et les mesures des banques centrales qui ont piloté, ou tenté de piloter, l’économie mondiale et suscité le plus de réactions des marchés, le tour des Etats, et notamment des politiques budgétaires et structurelles, semble venu. En effet, il n’y a sans doute plus grand-chose à attendre de baisses de taux ou d’intensification des achats de titres – l’heure est plutôt même à ramener la voile en ces domaines. Les banques centrales le disaient et le répétaient depuis longtemps. Un certain nombre de gouvernements semblent aujourd’hui disposés à mettre fin à la politique de rigueur budgétaire, souvent même, ce qui est plus étonnant et très satisfaisant, avec l’aval, voire l’encouragement, des institutions internationales les plus « orthodoxes », FMI, OCDE et même Commission européenne. Une fois la vague d’élections passées, peut-être pourra-t-on (enfin) voir les dépenses publiques être moins contraintes (en espérant qu’elles soient pertinentes)…

Lire la suite 


L'Edito "LE RETOUR EN GRÂCE DES SOPHISTES"

Dans la Grèce antique, des hommes prestigieux arpentaient les routes pour dispenser leur savoir et partager leur sagesse. Leur but était simple : « former les grands talents de demain » ! Cet ambitieux projet dont la punchline ferait pâlir d’envie n’importe quel communiquant avait un prix, le prix de la connaissance. Et on peut dire qu’à l’époque la connaissance coûtait cher, très cher. C’est donc loin de la vie d’ascèse ou d’une existence basée sur le renoncement, que nos sophistes, prospéraient monnayant à prix d’or leurs enseignements. Parmi ce groupe hétéroclite de professeurs d’éloquence, Gorgias fut sans doute le maître incontesté de la rhétorique.

Lire la suite 

Par Cyrille Geneslay, gérant allocataire

 

Points sur les marchés financiers de taux et d’actions :

Les marchés financiers de taux

Indicateurs clés : INVESTMENT GRADE, HIGH YIELD, EMPRUNTS D’ÉTAT QUEL ACTIF PRIVILÉGIER DANS LE CONTEXTE ACTUEL ?

– Taux US – Hausse en mars ? – Hausse de notre exposition à 90%

– Taux Euro – Incertitudes politiques – Hausse de notre exposition à 90%

Les marchés financiers d’actions 

Analyse à suivre : RÉVISIONS DE BÉNÉFICES SUR LES PAYS ÉMERGENTS

– Actions US – Records en série – Maintien de notre exposition à 100%

– Actions Euro – Les bénéfices des entreprises rassurants – Baisse de notre exposition à 100%

– Actions Asie – Optimisme au Japon – Maintien de notre exposition à 105%


CPR ASSET MANAGEMENT affiche un bilan très positif et poursuit son avancée à l'internationnal

Paris, le 7 mars 2017 – Pour la 6ème année consécutive, les actifs sous gestion de CPR AM affichent une belle progression. Les encours sous gestion ont progressé de 2.2 milliards d’euros pour s’élever à plus de 39 milliards d’euros, dont 8% commercialisés à l’international. Ce bilan très positif est un gage de l’avancée de la société tant en France qu’à l’international.

Malgré un environnement de marchés mouvementé, CPR AM termine l’exercice 2016 avec une collecte nette globale en progression de plus de 1.8 Md€ répartie sur la majorité de ses gestions.

Les flux ont fait la part belle aux produits de trésorerie dont la collecte nette s’élève à 1Md€, avec une contribution notable des solutions obligataires court terme. Les expertises moyen long terme ont bénéficié, dès le second semestre, d’un regain d’intérêt et enregistrent une collecte nette de près de 300 m€ sur les actions et de plus de 200 m€ sur les diversifiés.

Via ‘Le Comptoir’, son portail dédié aux Conseillers en Gestion de Patrimoine, la société souligne une belle progression sur l’immobilier(1) dont la collecte nette s’élève à plus de 270 m€.

En France, CPR AM a enregistré de beaux succès auprès de ses grands clients institutionnels et entreprises, notamment grâce à ses solutions spécifiques dédiées Solvabilité (2) mais également au travers de son offre élargie de solutions de trésorerie longue2. La dynamique commerciale s’est maintenue sur la distribution et les conseillers en gestion de patrimoine. Au côté de l’intérêt marqué, auprès de ces segments de clients, pour les solutions actions thématiques(3), son expertise inflation(4) est revenue sur le devant de la scène.

L’international représente près d’un tiers de la collecte globale, ce qui témoigne de l’avancée de la société en dehors des frontières. Les encours s’élèvent à 3.4 milliards d’euros, en progression sensible par rapport à 2015. La poursuite de cette accélération résulte de la démarche proactive tant produit, que commerciale et marketing engagée ces derniers mois. En 2016, CPR AM a étendu l’enregistrement de ses produits en Europe tout en renforçant son dispositif marketing dédié comme relais d’information essentiel aux forces commerciales d’Amundi dans le monde (Europe, Asie, Amérique du Nord, Moyen-Orient).

‘’CPR AM est une société dynamique en plein développement avec des équipes talentueuses, un management performant et une capacité d’innovation sans précédent. Nous avons défini une stratégie claire et ambitieuse qui doit nous permettre, avec le soutien du groupe Amundi, d’atteindre 50 milliards d’euros d’encours d’ici 2020, tout en totalisant la moitié de notre collecte à l’international’’ souligne Valérie Baudson, directeur général de la société depuis mars 2016.

La stratégie de CPR AM s’appuie sur plusieurs piliers de développement :

 L’international comme axe de croissance majeur : tout en capitalisant sur ses expertises phares (thématiques, multi-assets…), CPR AM poursuit sa stratégie d’accompagnement des forces commerciales du Groupe dans le monde en instaurant un plan d’actions efficient – Enrichissement de sa sicav CPR Invest(5) ; référencement chez les consultants mondiaux ; supports et outils marketing ; formation de ses collaborateurs -.

 La gestion actions thématiques : CPR AM est le centre de gestion en actions thématiques pour l’ensemble du groupe Amundi. Avec près de 4.5 Mds€ d’actifs sous gestion, elle se positionne désormais comme l’un des leaders dans ce domaine. Prenant appui sur ses capacités de gestion et de recherche pour enrichir son offre avec de nouvelles thématiques de long terme, la société souhaite continuer sa dynamique de conquête de parts de marché au niveau mondial. Elle a d’ailleurs, fin 2016, reçu un écho très favorable au lancement de sa nouvelle thématique actions internationales autour de ‘la disruption’ avec CPR Invest – Global Disruptive Opportunities(6).

 Le sujet ESG et transition énergétique : convaincue que l’investissement sur les marchés financiers est un moyen d’instaurer de meilleures pratiques de la part des acteurs publics comme privés, CPR AM se positionne d’ores et déjà comme conseiller reconnu auprès de ses clients. Elle souhaite continuer à contribuer au financement de la transition énergétique et écologique en accord avec l’article 173 de la loi Transition Energétique pour la Croissance Verte. Pour ce faire, elle multiplie les initiatives tant en termes de solutions d’investissement que d’accompagnement pour ses clients français et européens. Les encours représente 3 mds€ d’actifs sous gestion au travers de fonds ouverts et de mandats dédiés.

 Le Comptoir, son activité dédiée aux conseillers en gestion de patrimoine : depuis son lancement en 2010, Le Comptoir n’a eu de cesse de renforcer son positionnement auprès des CGP. En six ans, toutes expertises confondues, l’activité a enregistré une collecte nette de plus de 1.5 Md€ et une part de marché estimée à 7,5%(7)

. En 2016, l’intérêt client s’est porté sur l’immobilier au travers des expertises d’Amundi Immobilier.

La société souhaite affirmer son positionnement auprès de ses partenaires en renouvelant ses promesses d’accompagnement. Tout en poursuivant son développement sur l’immobilier, elle entend proposer d’autres solutions d’investissement globales et durables adaptées.

Information : Le présent document, donné à titre d’information, est destiné exclusivement aux journalistes et professionnels de la presse et des médias.

Les informations sont fournies dans le seul but de permettre aux journalistes et professionnels de la presse et des médias d’avoir une vue d’ensemble, et ce quel que soit l’usage qu’ils en font, qui relève exclusivement de l’indépendance éditoriale et pour lequel CPR AM décline toute responsabilité.

A propos de CPR Asset Management :

CPR AM est une société spécialisée en gestion, agréée AMF, filiale autonome à 100% d’Amundi. CPR AM se consacre exclusivement au métier de la gestion pour compte de tiers (institutionnels, entreprises, assurances, banques privées, gérants de fonds et professionnels du patrimoine). CPR AM couvre les principales classes d’actifs (actions, convertibles, diversifiés, taux et crédit).

CPR Asset Management, Société anonyme au capital de 53 445 705 € – Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF n° GP 01-056 – 90 boulevard Pasteur, 75015 Paris – France – 399 392 141 RCS Paris.

(1) CPR AM via son activité dédiée aux Conseillers en Gestion de Patrimoine, « Le Comptoir » commercialise les meilleures expertises du Groupe Amundi dont celles d’Amundi Immobilier.

(2) CPR AM propose une gamme complète de solutions de trésorerie du monétaire à l’obligataire court terme dont CPR Oblig 6 mois lancé le 7 décembre 2016.

(3) La société a enregistré de nombreux succès avec sa stratégie « Silver Age » dont l’encours global s’élève à plus de 1,5Md€ mais également sur l’ensemble des thématiques phares – les restructurations, le luxe et les styles de vie, les ressources naturelles ou encore sa stratégie « Agriculture » dont la collecte nette s’élève à plus de 300m€ sur 2016.

(4) CPR Focus Inflation a enregistré une collecte nette de près de 800m€ en 2016.

(5) CPR Invest compte 8 compartiments : CPR Invest – Defensive ; CPR Invest – Reactive ; CPR Invest – Dynamic ; CPR Invest – Euro High Dividend ; CPR Invest – Silver Age ; CPR Invest – Global Silver Age ; CPR Invest – Europe Special Situations.

(6) CPR Invest – Global Disruptive Opportunities, compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois CPR Invest a été lancé le 22 décembre 2016 en France et en Italie. Il sera prochainement commercialisé en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Suisse, Suède et aux Pays-Bas.

(7) Estimation – Sources : données assureurs, IEIF (Institut de l’Epargne immobilière et foncière)


FOCUS OR & MINES - OR, MINES & RESSOURCES NATURELLES…TRUMP VS YELLEN

Poursuite de la hausse de l’or en février, progressant de presque 9% ($) depuis janvier. Les incertitudes politiques tant aux Etats-Unis qu’en Europe ont relégué les bons chiffres macro au 2ème plan, et ont soutenu le métal jaune. La nette détente des taux d’intérêt réels aux Etats-Unis, au plus bas depuis avril 2015, a aussi constitué un élément positif pour le métal jaune, alors que le dollar US s’est plutôt renforcé sur la période et que les anticipations inflationnistes se sont modérées, après avoir atteint un point haut depuis octobre 2014.

Pour autant, la dynamique du marché aurifère a ralenti en fin de mois. Les intentions de la Fed, face à une économie en accélération, se sont précisées, et la probabilité d’une hausse de ses taux directeurs, dès mars, s’établit maintenant à ~90%. Rien dans le discours de Trump devant le Congrès, le 28 février n’a détourné la Fed de cette voie. De quoi inciter les investisseurs à prendre quelques profits, tout du moins à court-terme…

Télécharger l’article en intégralité ci-dessous.


RETOUR SUR UN PHÉNOMÈNE EN ACCÉLÉRATION : LA DISRUPTION

Récemment théorisé, le phénomène de « disruption » se définit comme un processus par lequel un produit, un service ou une solution vient perturber les règles sur un marché déjà établi. Les progrès technologiques mais aussi la globalisation des échanges et les changements démographiques contribuent désormais à sa diffusion à tous les secteurs de l’économie.

C’est un processus sans fin. Le concept de «disruption» n’a que quelques années d’existence, et pourtant, c’est un phénomène qui a jalonné l’histoire. S’il n’a été conceptualisé que récemment, c’est grâce à l’accélération technologique que connaît le monde depuis peu. Internet, objets connectés, robotique, voiture autonome, impression 3D… Les dernières grandes innovations présentent la particularité d’avoir proliféré avec une célérité sans précédent et bouleversé profondément nos modes de vie, de consommation et de travail, témoignant de la réalité du processus en cours.

LIRE LA SUITE


BULLETIN MENSUEL - FÉVRIER 2017

Bonjour,

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous, notre publication « Actifs, nos convictions » qui vous donnera notre vision des marchés et nos scénarios à 3 mois.

Lien direct vers la publication :cliquez ici (le téléchargement peut prendre quelques secondes)

Vous pourrez lire :

L’Edito « TOUT VA TRES BIEN, MADAME LA MARQUISE »

Tout va très bien en ce début d’année. L’élection de Donald Trump, le 8 novembre 2016, a plongé les marchés financiers dans une douce euphorie témoignant d’un futur pour le moins radieux. Le style différent du 45ème président américain, ses idées « nouvelles », son mode de communication avant-gardiste ainsi que son pro-activisme ont créé une véritable rupture avec les politiques traditionelles. Adieu austérité, adieu mesures passéistes, un véritable vent d’optimisme souffle sur la croissance mondiale qui s’en trouve décuplée.Lire la suite

Points sur les marchés financiers de taux et d’actions :

Les marchés financiers de taux

Indicateurs clés : ECARTEMENT DU SPREAD FRANCE/ALLEMAGNE

– Taux US – Relèvement des taux directeurs – Maintien de notre exposition à 85%

– Taux Euro – La BCE en soutien – Baisse de notre exposition à 85%

Les marchés financiers d’actions 

Analyse à suivre : MIDCAPs & OPA

– Actions US – La hausse s’essoufle – Maintien de notre exposition à 100%

– Actions Euro – Accélération de la croissance économique en zone Euro – Baisse de notre exposition à 105%

– Actions Asie – Stabilisation de l’économie chinoise – Maintien de notre exposition à 105%….


CPR Invest – Global Disruptive Opportunities mise sur la “disruption”

CPR AM lance CPR Invest – Global Disruptive Opportunities, compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois CPR Invest.

Wesley Lebeau, gérant actions thématiques et Estelle Ménard, responsable adjointe des gestions actions thématiques, les deux gérants de ce nouveau véhicule, auront pour mission d’identifier les entreprises identifiées comme “disruptives” par leur capacité à s’affirmer comme des acteurs dominants quel que soit le secteur dans lequel elles évoluent.

L’approche thématique s’exprime au travers de quatre dimensions (l’Economie Digitale, l’Industrie 4.0, la Terre, la Santé & les Sciences de la vie) et cherche à couvrir l’ensemble du spectre « disruptif ». « La disruption étant protéiforme, notre stratégie ne se limite pas à un seul domaine ou un seul secteur », précisent les deux gérants. L’équipe de gestion s’est entourée d’un comité d’experts composé des stratégistes de CPR AM, d’analystes buy-side d’Amundi et de consultants spécialisés du cabinet de conseil international Deloitte.

Après avoir procédé à une double analyse quantitative pour identifier les valeurs susceptibles d’être les plus porteuses au sein de l’univers, les gérants évaluent et priorisent, dans un second temps, chaque valeur intrinsèquement et au sein de son secteur grâce à une analyse fondamentale.

CPR Invest – Global Disruptive Opportunities se démarque par une gestion active non benchmarkée, sans restriction géographique, sectorielle ou de capitalisation boursière. Le portefeuille final compte environ 80 titres avec un niveau de volatilité comparable au MSCI World. L’objectif de CPR Invest – Global Disruptive Opportunities est de surperformer les marchés actions internationaux sur le long terme (au moins 5 années) en investissant dans les actions de sociétés qui établissent ou bénéficient, totalement ou partiellement, de modèles économiques disruptifs.

Le fonds est actuellement enregistré en France et en Italie et sera très prochainement commercialisé en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Suisse, Suède et aux Pays-Bas.

 


Or, Mines & Ressources Naturelles… Merci Mr Trump !

Arnaud du Plessis – Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Retour en grâce de la relique barbare après 6 mois de passage à vide. Les cours de l’or ($) ont rebondi de 5,5% en janvier, le meilleur mois depuis juin dernier. Le métal jaune a bien profité du réalignement de ses planètes depuis le début de l’année, et en premier lieu de la faiblesse du dollar, à l’opposé des attentes du consensus, mais aussi de la résurgence d’une éventuelle «stagflation». Merci Mr Trump !

Après une année globalement décevante pour l’or en terme de demande, tous les regards se tournent vers 2017. L’investissement demeurera clé pour déterminer la tendance à venir, mais pas seulement.

En effet, alors que les ventes observées sur les ETPs investis en or (~202 tonnes) ont pesé sur la tendance durant le 4ème trimestre 2016 – force est de constater que les autres composantes de la demande, bijouterie, banques centrales et achats de lingots et pièces, étaient plutôt mieux orientées.

Du côté des autres « Commodities », et en dehors du Charbon Métallurgique et Thermique, dont les prix poursuivent leur réajustement après la flambée de l’année dernière, le marché reste bien orienté. La palme revient à l’Uranium, qui a rebondi de plus de 20% ($), et ce en dépit d‘interrogations persistantes sur le nucléaire, notamment du côté du Japon.

Dans ce contexte, les Ressources Naturelles démarrent l’année de façon contrastée. Si les Minières industrielles et aurifères affichent la meilleure performance, les Pétrolières sont à la traîne. De leur côté, les Matériaux, en général, se sont bien comportés.

En décalage d’environ un trimestre par rapport à l’évolution des cours de l’or, les résultats attendus pour les mines d’or font l’objet de révisions baissières depuis début octobre. En revanche, les autres grands compartiments des Ressources Naturelles que sont l’Energie et les Matériaux demeurent bien orientés et bénéficient toujours d’un momentum bénéficiaire beaucoup plus attractif que celui des actions globales.

Alors que les multiples de résultats se sont tendus pour les aurifères, la normalisation se poursuit pour les autres secteurs, et en particulier celui de l’Energie dont les perspectives s’annoncent en nette amélioration cette année.

 


EDITO

NOS CONVICTIONS BULLETIN MENSUEL – DÉCEMBRE 2016

WINTER IS COMING ! Après une année particulièrement complexe où l’improbable semble être devenu la nouvelle norme, nous souhaitions terminer l’année 2016 sur une note plus légère avec un conte philosophique (pas si) absurde. « Un écureuil voyant les beaux jours disparaître se met en quête de glands pour passer l’hiver. Après avoir rassemblé une quantité convenable d’akènes une question le taraude : en a-t-il stocké assez pour l’hiver ? Le rongeur décide donc de demander à la seule personne susceptible de répondre à cette épineuse question : le vieux hibou, symbole énigmatique de la sagesse. Et à la question « l’hiver sera-t-il long cette année ? », l’oiseau répondit : « l’hiver sera rude ». Affolé par la réponse, l’écureuil se remet à chercher frénétiquement de la nourriture. Une fois son travail accompli, il retourne voir le hibou pour lui poser la même question. La réponse ne se fait pas attendre : « l’hiver sera très rude, interminable ». L’écureuil sent la peur poindre, mais avant de se laisser gagner par la panique il demande : « Dis-moi vieil hibou, comment sais-tu que l’hiver sera si dur ? » , oh c’est très simple répondit l’oiseau, je base ma prédiction sur l’observation objective des éléments ! Plus les écureuils rassemblent de glands, plus l’hiver sera rude … » Remplaçons maintenant le vieil hibou par Yellen et les écureuils par les investisseurs, nous aurons ainsi tous les ingrédients pour comprendre l’absence quasi chronique d’action d’une Réserve fédérale obnubilée par le comportement (pas si) irrationnel de ses écureuils… Mais l’élection surprise du candidat républicain a clairement changé la donne, poussant les bourses à la hausse et pentifi ant fortement la courbe des taux. Donald Trump, ou plutôt son élection, a réussi à faire en quelques heures ce que Yellen n’a pas su réaliser en plus de deux ans ! Nous prenons acte de ce changement dans nos scénarios. La croissance nous semble plus dynamique dans le scénario central et avec elle nous voyons les actions des différentes zones géographiques poursuivre leur hausse dans un environnement de normalisation très progressive des taux. Mais les risques restent nombreux ! Risque d’instabilité politique en Italie qui nuirait fortement aux performances des actifs de la zone euro sans peser trop lourdement sur les marchés internationaux et les risques d’accélération de l’inflation aux Etats-Unis qui entraîneraient une forte réaction des marchés de taux et de la Réserve fédérale.

Cyrille Geneslay, gérant allocataire