La dette d’Altice pèse sur les ambitions de Drahi

Alors que la croissance du niveau de dette des entreprises mondiales commence à inquiéter les marchés, l'avenir d'un des fleurons français des télécommunications et de la presse est en ballotage dangereux. Poussé par un appétit féroce, le milliardaire Patrick Drahi a multiplié les acquisitions au cours des dernières années (SFR, Libération, BFM...) et misé sur l'achat de contenus. Aujourd'hui endetté à hauteur de 51 milliards d'euros et violemment chahuté par les marchés, le groupe Altice peine à rassurer les investisseurs. Depuis juin dernier, l'action a perdu plus de 58% de sa valeur, pour tomber à 8,48 €. Les failles sont nombreuses : entre management fébrile de SFR et course effrénée aux contenus, Patrick Drahi s'avance sur un chemin semé d'embûches. Une ascension fulgurante mais fragile, qui n'est pas sans rappeler l'histoire d'une autre dégringolade... celle de Vivendi Universal, à l'époque pilotée par Jean-Marie Messier.
Lire (<1 min.)

Gros temps sur les marchés, les bourses mondiales dévissent

Les doutes des investisseurs sur les réformes américaines, la parité euro-dollar ou les politiques monétaires des banques centrales auront eu raison des marchés. Finie l'euphorie : ce jeudi, le Cac 40 accuse sa plus forte baisse depuis trois mois et le Dow Jones son premier repli en huit séances. Les effets du « Trump trade », qui tiraient l’ensemble des places mondiales depuis novembre dernier, s'essoufflent :  du Dax au Footsie, tous les indices plient. 
Lire (<1 min.)

DDA reportée, un soulagement… pour tous ?

Les compagnies d'assurance et intermédiaires de distribution vont pouvoir souffler un peu : le Parlement Européen a voté le report de la mise en place de directive DDA (Directive européenne sur la Distribution d’Assurances) au 1er octobre 2018, au lieu du 23 février. Avec pour objectif de renforcer la protection des épargnants et la transparence sur les modes de rémunération, la mise en place de la directive avait semé la panique chez les assureurs et CGP, inquiets des délais donnés pour s'aligner sur la nouvelle règlementation. 

Si le Parlement Européen leur a donné raison en cédant au report, il semble qu'il ait également fait aveu de son propre retard : les directives de mise en application de la DDA ne sont effectivement pas encore publiées et ne devraient l’être qu'à partir de janvier 2018.
Lire (<1 min.)

Les Banques Centrales se mettent au régime

L'appétit des Banques Centrales pour les actifs toucherait-il à sa fin ? Vivement attendu par les marchés, le durcissement des politiques monétaires de la BCE et de la FED est sur toutes les lèvres, y compris celles des décideurs. Après la décision de la FED, c'est Mario Draghi, l'instigateur du programme massif d'achat censé relancer l'inflation en zone euro, qui a hier donné un semblant de réponse. Il y aura bien un "tapering", mais dans l'optique de ne pas brusquer les marchés, il sera progressif et allongé de 6 mois. Pas de régime sec post-indigestion donc, mais un retour très graduel à la normale. La faim d'inflation justifierait-elle les moyens ?
Lire (<1 min.)

À la poursuite de l’inflation mystère

"La persistance d'inflation faible est un mystère". L'aveu de faiblesse de Janet Yellen, Président de la Réserve Fédérale, concédé fin septembre, dépeint la détresse générale des Banques Centrales des grandes zones économiques développées. Achat massif de titres, injection de liquidités et abaissement durable des taux ne se seront pas révélés des stratégies payantes : aux Etats-Unis, en zone euro et au Japon, l'inflation stagne désespérément, loin des 2% espérés.

Pour Janet Yellen, Mario Draghi, Président de la BCE et Haruhiko Kuroda, Président de la BoJ, l'incompréhension réside dans le paradoxe : si la reprise économique est belle et bien lancée (appuyée par des chiffres rassurants, sur l'emploi et la consommation), elle n'est toujours pas visible sur la croissance des prix. 
Lire (<1 min.)

La reprise de la croissance mondiale, un faux-semblant ?

La croissance mondiale fait-elle un retour durable ? Si le FMI, par la voix de sa Directrice générale Christine Lagarde, a revu à la hausse ses prévisions de croissance mondiale à 3,7% pour l'année 2017, l'institution estime que la reprise est "incomplète". L'inflation est en berne et un quart de l'économie mondiale reste à l'écart de ce rebond. Du côté des occidentaux, le Royaume-Uni reste une problématique à surveiller ; et du côté des émergents, si la situation s'améliore en Chine, au Brésil et en Russie, elle ne constitue pas une embellie durable.
Lire (<1 min.)

Les désirs d’indépendance catalane mettent la croissance espagnole en péril

Dimanche 1er octobre, la Generalitat de Barcelone a tenu un référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Vivement réprimée par Madrid, cette consultation inconstitutionnelle a mis à jour le réel désir des Catalans de se défaire du joug castillan. Représentant 19 % du PIB et 30 % des exportations, la Catalogne est la locomotive d'une Espagne encore fébrile, qui vient juste de renouer avec la croissance. L'accélération des tensions et la perspective d'une Catalogne indépendante a donc été mal accueillie par les marchés : la bourse espagnole cède du terrain, les valeurs bancaires plient, la note de l'Espagne se fragilise et la solvabilité même du pays est remise en question.
Lire (<1 min.)

Dernière chance pour les évadés fiscaux !

Dernier appel pour les évadés fiscaux ! Gérard Darmanin, ministre des comptes, a annoncé cette semaine la clôture, au 31 décembre, des guichets de régularisation pour les avoirs détenus à l'étranger. Ouvert en 2013, le Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) permettait aux contribuables fraudeurs de régulariser leurs déclarations en écopant de pénalités moindres. Avec 50 000 demandes et 7,8 milliards d'euros recouvrés, le dispositif s'est révélé efficace. Aujourd'hui, le gouvernement veut réaffirmer sa fermeté vis à vis des derniers resquilleurs.
Lire (<1 min.)

Quel avenir pour le financement des PME ?

Convaincu que les réformes fiscales enclenchées vont réorienter l'épargne des français vers les PME, le gouvernement a annoncé la fin du dispositif ISF-PME, qui permettait de déduire de son impôt de solidarité 50% des sommes investies dans les entreprises. En dépit des restrictions imposées par l'Europe, ce dispositif avait permis, en 2016, de diriger, via les FIP et FCPI, plus de 500 millions d'euros vers les PME. Emmanuel Macron, qui avait fait de l'investissement productif et du financement des entreprises des sujets centraux de sa campagne, sème le doute sur ses intentions.
Lire (<1 min.)

La Chine interdit les ICO, et fait chuter les crypto-monnaies

La hausse inexorable du Bitcoin a pris fin ! Craignant pour la stabilité financière du secteur, la Banque Centrale de Chine (PBOC) a déclaré, en début de semaine, les ICO (Initial Coin of Offerings, pour levée de fonds en crypto-monnaies) illégales. Conséquence : les crypto-monnaies ont subi une chute drastique, le Bitcoin et l'Ethereum abandonnant respectivement 7% et 18% face au dollar. Le régulateur chinois met en avant les risques inhérents à la dérégulation de ces devises ; fin août, la société américaine Chainanalysis estimait qu'en 2017, 10 % des sommes investies sur les ICO avaient été détournées.
Lire (<1 min.)