Didier Le Menestrel

Détox

Didier Le Menestrel
« La crise financière s'étend à l'économie réelle, le prix des actifs est bradé, les psychologies sont extrêmement négatives : le temple des opportunités est grand ouvert ! » Facile, me direz-vous, de reprendre après neuf années de hausse ces lignes très optimistes de notre édito de novembre 2008. Facile, en effet, puisque la prophétie s’est finalement réalisée… et qu’il est bien tentant aujourd’hui d’oublier à quel point le chemin fut long et sinueux.
Lire (2 min.)

Foot à lier ?

Didier Le Menestrel
La tranquillité relative qui a régné sur la Bourse ces dernières semaines a permis au plus grand nombre de suivre un marché bien plus agité : celui des transferts de joueurs de foot. Le ballon rond s'est installé tout l'été à la une des médias, actualité financière incluse, grâce à l'impressionnante envolée du prix des footballeurs.
Lire (3 min.)

Nouvelle réglementation européenne : « O tempora, o mores »

Au printemps 2007, la New Century Financial Corporation, spécialiste américain du crédit immobilier, déclare ne plus pouvoir accorder de nouvelles demandes de prêts immobiliers et entre dans une « spirale de la mort » dont elle ne sortira pas. Dès février 2007, HSBC passe d’importantes provisions et le marché du crédit hypothécaire stoppe net, enclenchant la crise des subprimes. Quelques semaines suffisent à l’onde de choc pour gagner l’Europe : dès le mois d’août 2007, BNP ferme trois fonds monétaires dynamiques. Bientôt, les files d’épargnants aux guichets de la Northern Rock s’étalent à la une des journaux... 10 ans plus tard, Banco Popular – la 6e banque d’Espagne –, est mise en liquidation...
Lire (2 min.)

Alerte sur l’écosystème boursier européen : l’érosion de la cote se confirme

Didier Le Menestrel
Pour la troisième année consécutive, le panorama européen des petites et moyennes capitalisations (Small et Mid cap) de La Financière de l’Echiquier (LFDE) et l’Institut de recherche MiddleNext analyse les grandes tendances de l’écosystème boursier européen, ses dynamiques et ses enjeux.
Lire (2 min.)

Horizon AM renforce son back et middle office

Forte de 6 années d'expérience au sein d’établissements leaders en Banques d’Investissement et Sociétés de Gestion, Ghizlaine Kabouli aura en charge la gestion et le suivi de la collecte retail, et aura également pour mission de répondre aux exigences des autorités de marchés. Ghizlaine Kabouli a commencé sa carrière en 2008 à la Société Générale CIB où elle a assuré le suivi des deals au sein d’un portefeuille majeur de la BFI (banque de financement et d’investissement de la Société Générale). Elle a, par la suite, mené de nombreux projets dans différentes entreprises reconnues du secteur : Merrill Lynch, BPI France, ou encore Lyxor AM et Mirova (filiale de Natixis AM). Ses différentes expériences lui ont permis d’acquérir une véritable expertise tant en matière de gestion de flux financier que de mise en conformité des procédures.
Lire (1 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : La Référence Pierre

Créée en 2009, la marque est propriété du Groupe IZIMMO, ce dernier étant immatriculé auprès de l’Orias. Les projets proposés peuvent être consultés sur son site internet. Ils sont distribués par des partenaires. Cette offre s’étend à l’immobilier classique, au meublé mais également au dispositif Pinel, régime Malraux ou encore déficit foncier. L’offre vise à couvrir l’ensemble des dispositifs fiscaux.

La maison mère de La Référence Pierre, basée en Bretagne, est une SAS dont le capital est essentiellement privé mais on notera la présence d’investisseurs institutionnels. Une équipe commerciale s’appuyant sur des agents régionaux est en charge de l’accompagnement des prescriptions immobilières.

Pour la gestion de son offre, la société s’appuie sur des prestataires reconnus. Le suivi des risques ainsi que de la conformité et/ou des normes est confié à des entités extérieures.

Lire (1 min.)

Bitcoin : progrès sans regrets !

Didier Le Menestrel
Nous ne l’utilisons pas encore mais sa valeur a doublé depuis le début de l’année et son utilisation se répand peu à peu dans l’économie : la monnaie numérique Bitcoin a franchi le mois dernier la barre des 2 000 dollars alors qu’elle valait 0,001 cent lors de sa création fin 2008. Pourquoi un tel engouement pour cette devise qui nourrissait plutôt jusqu’ici la chronique des faits divers ? L’une des raisons tient sûrement à son adoption par le Japon comme méthode de paiement, une belle reconnaissance officielle pour une monnaie sans banque centrale ni Etat d’origine... et qui n’appartient à personne. Depuis, le cours du Bitcoin bat sans cesse de nouveaux records : 2760 dollars le 25 mai dernier.
Lire (2 min.)

Les paris de longbet : you bet ?

Didier Le Menestrel
Les paris de longbets.org, un site créé en 1996 par Jeff Bezos, le patron d’Amazon, ont pour caractéristiques communes d’être pris à long terme (2 ans minimum) et sur des sujets sociétaux ou scientifiques importants. On y trouve de nombreuses idées qui peuvent parfois paraître saugrenues, comme « d’ici 2030, des avions sans pilote transporteront des passagers », « d’ici 2018, l’euro ne sera plus la monnaie de la France, de l’Italie ni de l’Allemagne » ou encore « au moins un être humain vivant en l’an 2000 le sera toujours en 2150 ». Si le pari est tenu, le perdant verse à l’échéance le montant dû – au minimum 200 dollars... mais pas de maximum – à une œuvre caritative choisie par le vainqueur.
Lire (2 min.)

Valse hésitation

Didier Le Menestrel
Au cours des semaines précédant l’élection de Donald Trump, les salles de marché n’avaient d’yeux que pour le peso mexicain qui se dépréciait ou regagnait du terrain à mesure que fluctuaient les prévisions de vote en faveur de l’outsider. Maintenant que la fièvre a traversé l’Atlantique pour gagner la France, c’est le « spread France- Allemagne » – l’écart de rendement entre une obligation d’Etat allemande et une obligation française de même maturité – qui est surveillé comme le lait sur le feu.
Lire (3 min.)

20 000

Didier Le Menestrel
Trump candidat n'aimait ni les banquiers ni les marchés. La hausse des indices boursiers en 2016 n'était pour lui qu'une « big fat ugly bubble ». La vision du président Trump a bien changé et le franchissement des 20 000 points par l'indice Dow Jones la semaine dernière a été salué par un joyeux tweet présidentiel : « Great ! »
Lire (2 min.)

CPR AM élargit sa gamme thématiques avec CPR Invest Food For Generations

Ce fonds vient compléter une gamme thématique comptant près de 5 milliards d’euros d’actifs sous gestion2. La gestion est assurée par Stéphane Soussan, gérant et Anne Le Borgne, co-gérante, respectivement spécialisés dans l’agriculture et les nouvelles tendances de consommation. Le fonds comporte un risque de perte en capital.

9,7 milliards : c’est le nombre d’êtres humains qu’il y aura sur Terre en 2050, soit 2,2 milliards de plus à nourrir qu’aujourd’hui. Dans un contexte de raréfaction des ressources, il faut produire plus, mieux, durablement. Et si la demande augmente, les habitudes alimentaires évoluentégalement. Diversification nutritionnelle, fragmentation des repas, recherche de plaisir et d’expérience, souci de qualité et de transparence, sont autant de facteurs qui exercent une influence de plus en plus grande sur la consommation.

Le défi alimentaire compte parmi les plus importants que l’humanité devra relever pour les générations futures. « En lançant CPR Invest – Food For Generations, nous cherchons à exposer nos investissements aux multiples sources de croissance potentielles qui irriguent l'ensemble de la chaîne de valeur alimentaire, tout en accompagnant les développements nécessaires à l’acheminement durable de nourriture en quantité et qualité suffisantes » soulignent Stéphane Soussan et Anne Le Borgne.

Afin de capter les nombreuses opportunités qu’offre la thématique, CPR Invest – Food For Generations est investi dans un univers d’environ 600 titres englobant tous les secteurs d’activité rencontrés du champ à l’assiette : Agriculture, Eau, Produits alimentaires, Boissons, Distribution alimentaire et Restauration.

Après avoir passé l’univers d’investissement au crible du filtre ESG, les gérants déterminent leurs préférences sectorielles puis procèdent à la construction d’un portefeuille concentré d’environ 60 titres. Au moyen d’une gestion active sans contrainte de déviation vis-à-vis d’un indice de référence, CPR Invest – Food For Generations a pour objectif de surperformer les marchés d'actions mondiaux3 sur un horizon de placement de 5 ans minimum en investissant dans des actions de sociétés impliquées dans l’ensemble de la chaîne de valeur alimentaire.

Le fonds est actuellement enregistré en Allemagne Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, République Tchèque, Royaume-Uni et Suède et le sera prochainement en Suisse.

Lire (2 min.)

Effacer son IFI en 2018, c’est possible avant fin 2017

L'opportunité de bénéficier du mécanisme TEPA PME une dernière fois 

Alors que le mécanisme TEPA PME doit disparaître en même temps que l’ISF, le projet de loi de finances pour 2018 permettrait tout de même aux futurs assujettis à l’IFI (le nouvel impôt sur la fortune immobilière remplaçant l’ISF) d’effacer leur impôt à payer jusqu’à 45 000 € en 2018 seulement.

En l’état actuel du projet de loi de finances pour 2018, le mécanisme TEPA PME reste actif jusqu’au 31 décembre 2017 et la réduction d’impôt à laquelle il donne droit peut être imputée sur le montant à payer au titre de l’IFI 2018 .

Ainsi, tout investissement réalisé dans un FIP, un FCPI ou en direct au capital d’une PME éligible au mécanisme TEPA PME avant le 31 décembre 2017 permettrait à tout assujetti d’effacer jusqu’à 50% de son investissement, soit 45 000 € maximum de réduction sur son impôt à payer.

En transformant l’ISF en IFI, le gouvernement n’a pas souhaité que soit reconduit à partir du 1er janvier 2018 le mécanisme de réduction d’ISF mis en place en 2007 avec la loi TEPA. Il s’agirait donc pour les futurs assujettis à l’IFI de la dernière opportunité de déduire 50% de leur investissement dans les PME sur le montant de leur impôt à payer en 2018.

Extrait du texte du projet de loi de finances pour 2018 : (214) C. […] Par exception, les dons et versements ouvrant droit aux avantages fiscaux prévus aux articles 885-0 V bis, 885-0 V bis A et 885-0 V bis B du code général des impôts, dans leur rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, effectués entre la date limite de dépôt des déclarations mentionnées à l’article 885 W du code général des impôts, dans sa rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, au titre de l’impôt de solidarité sur la fortune dû au titre de l’année 2017 et le 31 décembre 2017 sont imputables, dans les conditions prévues aux articles 885-0 V bis, 885-0 V bis A et 885-0 V bis B précités dans leur rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, sur l’impôt sur la fortune immobilière dû au titre de l’année 2018.

 

L'engagement d'123 IM 

123 IM a souhaité prendre un engagement fort vis-à-vis de ses souscripteurs : le remboursement total des souscriptions reçues, frais inclus, dans le cas où cette disposition du projet de loi de finances pour 2018 venait à ne pas être retenue dans sa version définitive. Cela permet aux souscripteurs d’être certains que leur investissement ne sera encaissé que dans le cas où cette disposition est retenue dans la version définitive de la loi de finances pour 2018.

123 IM dispose d’ores-et-déjà d’un FIP et d’un FCPI agréés par l’AMF permettant d’effacer jusqu’à 18 000 € d’IFI. 123 IM propose également une offre de Club Deal sur-mesure pour investir en direct au capital de PME et ainsi obtenir le maximum de réduction d’impôt, soit 45 000€ (investissement de 90 000 €).

Lire (3 min.)

Esprit des lois

Didier Le Menestrel
La nouvelle année sonne le temps des bonnes résolutions, l’occasion de mettre en œuvre les projets bâtis au cours des douze mois précédents.
Lire (3 min.)