Claudia Bernasconi - SwissLife AM

Économiste spécialiste des marchés émergents chez SwissLife AM

Les banques centrales changent-elles de vitesse ?

Claudia Bernasconi
Les taux d’intérêt à long terme ont fortement augmenté depuis fin juin sur tous les grands marchés. Cette fois-ci, le mouvement provient d’Europe et non des Etats-Unis. La hausse des taux a en effet été déclenchée par les déclaration du président de la BCE Mario Draghi, selon lequel la reprise s’était raffermie dans la zone euro et les risques de déflation avaient disparu.
Lire (4 min.)

Le meilleur des mondes…

Claudia Bernasconi
Nous vivons actuellement dans un environnement économique caractérisé par le retour incontestable d'une croissance mondiale synchronisée, certes encore inférieure à la tendance de long terme, mais qui ne comporte pas de pressions inflationnistes.
Lire (2 min.)

Europe : le soulagement

Claudia Bernasconi
L’Autriche, l’Espagne, la Hollande et maintenant la France ont préféré la voie de l’Europe, loin des idées extrémistes et populistes. C’est un soulagement même si bien sûr tout le monde s’accorde à dire qu’après la réaffirmation des idéaux, c’est le moment des actions concrètes. Et cette partie manque souvent à l’appel…
Lire (2 min.)

Taux, actions, devises… un climat favorable ?

Claudia Bernasconi
Quelles-sont les perspectives financières pour le mois à venir ? Sur les marchés obligataires, la dette souveraine française est soulagée tandis que sur les marchés d'actions il semblerait qu'un climat positif généralisé s'installe. Toutefois, gare aux excès de confiance : les aléas politiques mènent la danse.
Lire (4 min.)

Un nouveau responsable Total Return Equities chez Pictet AM

Auparavant, il a passé onze ans chez UBS O’Connor, entité spécialisée dans la gestion de hedge funds, où il a géré des portefeuilles long/short equity et dirigé des équipes de gestion. Au sein de Pictet Asset Management, il a sous sa responsabilité sept équipes se consacrant à la gestion de stratégies long/short à Genève, Londres, Tokyo, Singapour et Hong Kong.

«Doc Horn intègre une société qui compte, en Europe, parmi les dix plus importants gérants de hedge funds UCITS et les vingt plus grands gérants de hedge funds, tous types confondus, souligne Philippe de Weck, responsable de la gestion actions. Dans un contexte de rendements faibles, son engagement montre que nous croyons en l’avenir des stratégies total return

Au 30 juin 2017, la gamme total return de Pictet Asset Management représentait USD 7,4 milliards d’actifs sous gestion, investis dans 7 stratégies long/short. Elle comprend les fonds Atlas (actions mondiales), Corto (actions européennes), Mandarin (actions de la Chine élargie) et Kosmos (obligations d’entreprise mondiales), ainsi que les fonds sans biais directionnel Agora (actions européennes), Alphanatics-Diversified Alpha (multistratégies) et Phoenix (actions asiatiques).

Lire (1 min.)

Swiss Life AM complète sa gamme de fonds « Actions Minimum Volatility »

Son processus de gestion repose sur une approche dite minimum variance, respectant un cadre de contraintes définies par l’équipe de gestion. Ainsi, un filtre de liquidité est appliqué lors de l’analyse de l’univers investissable (MSCI World), tandis que la pondération de chacun des titres investis doit représenter entre 0,05% et 1% du total du portefeuille, ce dernier étant composé d’au moins 150 valeurs. En revanche aucune contrainte de style de valeurs n’est établie.

 « Compte tenu de la recrudescence des incertitudes à l’échelle régionale – à l’instar notamment du Brexit en Europe, de la politique aux États-Unis ou des conflits potentiels en Asie, qui restent une source potentielle d’instabilité – nous considérons qu’une stratégie minimum variance globale fait sens, en termes de diversification, de structure de corrélation entre les actifs et de pilotage de la volatilité. Ce fonds constitue une alternative robuste pour les investisseurs en quête de nouveaux moteurs de performance sur les marchés actions, sans pour autant concéder une exposition au risque trop élevée, explique Tatjana Puhan, Responsable de la gestion actions et de l’allocation d’actifs chez Swiss Life Asset Managers. Le recours à des modèles quantitatifs éprouvés, une constante dans toute notre gamme de fonds Minimum Volatility, vise à la stabilité des rendements à long terme quels que soient les régimes de marché », ajoute-t-elle.

Swiss Life Asset Managers est un des pionniers de la gestion quantitative et a développé ses expertises actions en Smart Béta, Minimum Variance et gestion multi-factorielle. Swiss Life Funds (Lux) Equity Global Minimum Volatility est la quatrième solution d’investissement de la gamme « Actions Minimum Volatility » de Swiss Life Asset Managers, déjà composée des fonds Swiss Life Funds (F) Equity France Minimum Volatility C (ISIN : FR0007024294), Swiss Life Funds (F) Equity Euro Zone Minimum Volatility I (ISIN : FR0010654236) et Swiss Life Funds (F) Equity Europe Minimum Volatility I (ISIN : FR0010661124).

Lire (2 min.)

Marchés émergents : bilan 2016

Claudia Bernasconi
Après les difficultés de l’année 2015 et de début 2016, les fondamentaux des pays émergents se sont renforcés cette année, la majeure partie d’entre eux ayant encaissé le choc de la baisse des prix des matières premières. Les tensions politiques ont déjà culminé dans de nombreux pays. La situation de la Chine s’est stabilisée. La grande question qui se pose suite à l’élection de Donald Trump est la suivante : sa présidence anéantira-t-elle la reprise ?
Lire (5 min.)

Des marchés émergents à nouveau attractifs… à condition d’être sélectif !

Claudia Bernasconi
Les marchés émergents ont à nouveau les faveurs des investisseurs. Le retour récent des flux d’investissement s’explique autant par la stabilisation globale des fondamentaux macroéconomiques dans ces pays, que par l’environnement de taux extraordinairement bas, qui entretient une quête légitime de rendement.
Lire (5 min.)

Perspectives trimestrielles sur les émergents

Claudia Bernasconi
Depuis le vote sur le Brexit, les actifs des marchés émergents ont fait l’objet d’une énorme demande. Les flux de capitaux dans les fonds des marchés émergents ont atteint des niveaux record en été 2016. Ces actifs ont pu particulièrement profiter de la chasse aux rendements de cette période post-Brexit en raison de l’amélioration des fondamentaux et de l’environnement extérieur de ces pays.
Lire (6 min.)

Il est temps de s’intéresser à nouveau aux marchés émergents

Claudia Bernasconi
Les économies émergentes ont connu un triple choc depuis 2014, mais la situation se stabilise sur tous les fronts. Des opportunités s’ouvrent aux investisseurs en particulier sur le marché des obligations d’entreprises.
Lire (4 min.)

Un nouveau président pour l’AMF

Robert Ophèle, 60 ans, diplômé de l’ESSEC, rejoint la Banque de France en 1981. Après trois ans au Contrôle des banques, il est économiste à la direction des Études et des statistiques monétaires, où il conduit notamment des travaux sur les relations entre les évolutions des marchés financiers et la politique monétaire.

Détaché entre 1990 et 1991 à la Réserve fédérale (Fed) de New-York, il revient au siège de la Banque de France en tant que chef du service du Budget, puis comme directeur financier et du contrôle de gestion. Il représente la Banque de France dans de nombreux comités de l’Eurosystème. En juillet 2006, il est nommé adjoint au directeur général des Études et relations internationales, chargé des questions de politique monétaire et de la coopération avec l’université.

En juin 2009, il devient directeur général des Opérations, en charge notamment des opérations de marché, de la supervision des systèmes de paiement, de la stabilité financière et des services bancaires à la clientèle. Il participe aux travaux de nombreuses structures de Place (président du Comité national SEPA, président du groupe de Place Robustesse et du groupe Infrastructure de Place).

Nommé second sous-gouverneur de la Banque de France en janvier 2012, il est désigné par le gouverneur de la Banque de France pour le représenter en tant que président de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Il devient membre du collège de l’Autorité des marchés financiers (AMF) en janvier 2012, membre de la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts et, en janvier 2014, membre du Comité de Supervision du mécanisme de supervision unique de la Banque centrale européenne. Robert Ophèle est chevalier de la Légion d’Honneur.

Le mandat du président de l’Autorité des marchés est d’une durée de cinq ans et est non renouvelable.

Lire (2 min.)

Le directeur des investissements de Lombard Odier Investment Managers prend sa retraite

Jan Straatman a rejoint Lombard Odier IM en tant que CIO en 2012, avec la mission d’étoffer la gamme des stratégies d'investissement et de développer la structure « multi-boutique » actuelle où chaque gestion est supervisée par un CIO dédié, de manière autonome.

Après son départ en fin d’année, Jan continuera de conseiller Lombard Odier IM en qualité de membre des conseils d’administration des fonds.

« Au cours des cinq dernières années, Jan a joué un rôle proéminent au sein de la direction de Lombard Odier IM. Sa mission a toujours été de positionner la société comme un gérant multi-stratégies hautement spécialisé, fournissant des solutions d'investissement de qualité aux investisseurs. Sa connaissance précise des processus d'investissement et de la gestion des risques, ainsi que son style de management très efficace, ont beaucoup contribué à notre réussite dans ce domaine. », commente Hubert Keller, CEO de Lombard Odier IM.

Lire (1 min.)

Les « BRICS » ont vécu, vive le « Big Four » !

Claudia Bernasconi
Les difficultés économiques structurelles du Brésil et de la Russie, le rééquilibrage de la croissance chinoise et le regain de dynamisme indien témoignent de trajectoires contrastées. Les situations des « BRICS » sont si différentes que cette dénomination n’est plus adaptée.
Lire (4 min.)